MA VIE EN MONO #11

dimanche, avril 9th, 2017 par Toorsch

Renaud toujours rébou?

Nous y sommes, Renaud roule pour Macron, ou plutôt marche pour lui. Pas vraiment à l’ombre, ça sent le coup de chaud, le pastaga de trop cette affaire sordide. Je sais c’est moche de frapper si bas, mais le coup porté est à la hauteur du coup porté. Œil pour œil, dent pour dent, c’est l’Exode des idées. D’abord il y eut Fillon, « vrai gentilhomme », puis le Christ tatoué dans le dos (avec tout ce que cela contient de modestie) et maintenant le libéralisme crasse, le Thatcherisme feutré. Le tout soutenu par un Renard sans flair. Un beau matériau de base pour une fable de La Fontaine.  Lire la suite »

JARVIS COCKER & CHILLY GONZALES – Room 29

dimanche, avril 2nd, 2017 par Toorsch

L’étrange projet de Jarvis Cocker, sans aucun doute son plus barré à ce jour. Accompagné de Chilly Gonzales au piano, l’ancien leader de Pulp raconte les fantômes hantant la chambre numéro 29 du célèbre hôtel des stars, le Château Marmont situé sur Sunset Boulevard. Dans cette chambre il y a un piano solitaire et c’est sa mémoire que le disque nous propose d’entendre. Des échos du passé, entre nostalgie et douce dépression, entre exaltation orchestrale et sophistication nue. Enregistré au légendaire studio Ferber à Paris, Room 29 jouit d’un prise de son à l’os, dans le piano, proche de la bouche, sur ce dernier point, impossible de ne pas songer au Gainsbourg des années 70. Parfois, au détour d’un titre plus farfelu encore, la chose prend des allures de comédie musicale famélique et renversante. Quelque part entre Sufjan Stevens, Leonard Bernstein et The Divine Comedy, le cynisme de Cocker en plus.

Lien Deezer

Toorsch’

WIKIPIZZA #7

samedi, avril 1st, 2017 par Toorsch

MOHAMMED VI : La colère de Khan

Dans cet épisode nous allons pénétrer dans un monde un peu flou, un monde où la politique et l’argent se mêlent à la culture populaire de manière inattendue. Un roi du Maroc fan absolu de Space Opera, de la chirurgie plastique, l’acteur William Shatner et surtout une pièce de monnaie, voici toutes les données, en apparence disparates, de l’équation. Lire la suite »

KING GIZZARD AND THE LIZARD WIZARD – 2017

lundi, mars 20th, 2017 par Toorsch

FLYING MICROTONAL BANANA

Un voyage vers une autre dimension sonore, entre les interstices du clavier, dans les micros-intervalles. Psychotropes de chamanes toxiques et venin de serpent. Flying Microtonal Banana ne ressemble à rien d’autre, zigzagant entre le jazz, le rock garage, le krautrock, la musique orientale et quelques éthiopiennes. Le résultat est une fusion hypnotique. La musique est soudain brûlante comme un réacteur en fusion mais aussi apaisante qu’une énooorme bouffée de Weed verdoyante. Dans la peau d’un serpent à sonnette (« Rattlesnake ») ou dans un demi-sommeil (« Sleep Drifter »), les visions s’entrechoquent et se fracassent, puis c’est le grand barnum psychédélique. Un truc à faire pâlir de jalousie le roi lézard en personne, ce bon vieux Jim Morrison et ses indiens de foire.

Faut croire que King Gizzard & The Lizard Wizard, pris dans sa course infernale (une bonne dizaine d’albums en cinq ans), s’est transformé en l’un de ces Road Train typiquement australien avalant tout sur son passage. Phénoménal !

Lien Deezer

Toorsch’

SONGS #2 LE MARCHÉ AUX PUCES

samedi, mars 18th, 2017 par Toorsch

blue-country-jpeg

LE MARCHÉ AUX PUCES ou l’ultime incarnation américaine de Joe Dassin

Il y a dans la longue discographie du plus américain des chanteurs français, un album oublié, un trésor caché. Son dernier, le bien nommé Blue Country. Nous sommes en 1979 et le chanteur de charme las de jouer les chanteurs de charme s’est remit à chanter les chansons qu’il aime réellement, des chansons profondément américaines. Ainsi, piochant dans le répertoire marécageux du conjuré Tony Joe White, l’adaptant en français ou le reprenant tel quel, dans la langue d‘Elvis, Joe Dassin s’offre un retour aux sources de première classe. Exit les bluettes, il est grand temps de faire parler la poudre. Comme dans un western qui prendrait place en Louisiane, la faune qui habite les chansons de Blue Country est au mieux atypique, au pire franchement barge, comme cette salope d’Anna Lee et son Shérif de père. Lire la suite »

THE FLYING SAUCERS SHOW #3

jeudi, mars 16th, 2017 par Toorsch

under-the-surface-of-metaluna

Les créatures de l’outre-espace sont donc là Junior. Les envahisseurs sont en ville et les forces de l’armée ne semblent pas pouvoir lutter. Les chars explosent de manière grotesque, les avions tombent du ciel comme de vulgaires jouets de papier et les hommes en uniformes, braves, périssent sous les lasers verts et orange. Vous observez la scène junior, caché derrière un rocher en contre-bas du chemin descendant de la colline. Fremont, Nebraska ne sera bientôt plus qu’une ruine, un souvenir. Vous assistez à cette scène épique avec un sentiment tenace de frustration qui fait se lever en vous une tempête. Mais que peut bien faire un enfant de dix ans dans pareilles conditions, vous le savez Junior, n’est-ce pas ? Vous mesurez le point de votre impuissance… Lire la suite »

GRANDADDY – Last Place – 2017

vendredi, mars 3rd, 2017 par Toorsch

last-place

Après dix ans, dix longues années d’une interminable attente Grandaddy est enfin de retour, et ça fait du bien. Parce que Grandaddy c’est quoi ? Pour les retardataires ou les perdreaux de l’année, il faut dire les choses, expliciter. Grandaddy c’est la dépression sur un clavier blanc, le sourire aussi devant un robot alcoolique. Grandaddy c’est de l’emphase maigrelette, de la pop skateboard bourrée de glitchs. Grandaddy c’est le son de Modesto, c’est la Californie anti-californienne. Grandaddy c’est simple, direct, mais toujours légèrement oblique. Grandaddy c’est beau et ça rend le monde plus beau. Savoir que Grandaddy refait un disque, toujours aussi cool, en 2017, à notre époque, moi ça me rend heureux. Voilà.

Lien Deezer

Toorsch’

THE FLYING SAUCERS SHOW #2

dimanche, février 26th, 2017 par Toorsch

flying-saucers1

Une fois arrivé sur les lieux du crash, un frisson d’excitation parcourt votre corps, Junior ! Il est là, juste devant vous, le vaisseau venu d’un autre monde ! Planté dans la terre aride des collines de Fremont, Nebraska. Mais votre excitation hébétée sera de courte durée, car vous constatez vite que le lisse véhicule spatiale est éventré, vidé de ses occupants. Vous regardez frénétiquement tout autour de vous, au travers du maigre faisceau de lumière tremblotant projeté par votre lampe torche. L’atroce réalité vous saisit soudain de toute son ironie, vous n’êtes qu’un enfant de dix ans, seul dans les collines, sans la moindre défense face à des créatures potentiellement hostiles. Vous avez été bien trop curieux, vous le savez maintenant, n’est-ce pas Junior ? Alors vous agrippez votre lance-pierre comme un ultime rempart contre la peur insidieuse et tenace. Vous l’agrippez si fortement que votre main droite devient blanche sous la pression. Lire la suite »

LES WAMPAS – Evangelisti – 2017

dimanche, février 12th, 2017 par Toorsch

les-wampas-evangelisti-2017

Didier Wampas réside désormais dans la charmante ville de Sète mais il ne semble pas décidé à marcher dans les chaussures de Georges Brassens. De surcroît, le voilà propriétaire terrien, donc un peu voleur, un peu menteur aussi, ça va de paire. Lire la suite »

THE FLYING SAUCERS SHOW #1

vendredi, février 3rd, 2017 par Toorsch

forbidden-planet-still1

Vous êtes John Junior Watson, un enfant de 10 ans puni par ses parents. Vous avez été envoyé dans votre chambre. La nuit estivale est chaude ce 7 juillet 1952, par la fenêtre ouverte vous pouvez entendre le chant des insectes. Votre chambre est à l’étage et vos parents sont au rez-de-chaussée. Cela ne fait longtemps que vous vivez ici, à Fremont dans le Nebraska. Vous n’avez pas encore d’amis, sinon dans vos lectures, ces périodiques d’horreur et de science-fiction que vos parents vous achètent par dépit. Sans faire de bruit, vous vous dirigez vers l’étagère sur laquelle sont disposés vos comics et prenez la dernière parution en date, le numéro 13 de la revue Weird Science, puis toujours en silence, vous filez dans votre lit. Là, sous la mince couverture, vous allumez votre lampe torche et commencez à dévorer ces histoires de martiens et de conquêtes spatiales. Lire la suite »

%d blogueurs aiment cette page :