Etienne Daho – Les chansons de l’innocence retrouvée – 2013

jeudi, mars 13th, 2014 par Toorsch

LesChansonsDeLInnocenceRetrouvee_Pochette_560x560

J’ai mis le temps avant de venir enfin vers ce disque, encore complètement happé par L’invitation et sa pop millimétrée. Il faut bien dire que Les chansons de l’innocence retrouvée fait partie de ces albums qui ne s’apprivoisent pas si facilement, de ces oeuvres qui s’offrent sur la longueur, bref, des ces disques difficiles et sinueux qui au final s’avèrent être les plus durables. Avec ce dixième LP, Etienne Daho prend le risque de surprendre à nouveau. Après trois albums qui n’étaient que des variations autour d’une même forme de pop, aussi brillante soit-elle, le chanteur semble vouloir à la fois revenir aux sources et regarder vers l’avenir. Les chansons de l’innocence retrouvée est donc fort logiquement beaucoup plus varié et ambitieux.

Ouverture en cinémascope avec « Le baiser du destin », la musique y est lourde et voilée, la voix plus vaporeuse que jamais, il règne sur ce morceau un doux parfum oriental et psychédélique. « L’homme qui marche », ou comment l’amour devient froideur et tragédie, avec toujours cet aspect cinématographique qui fait tout le sel de la chose. Sur un schéma plus classique, « La peau dure » voit le retour d’un Daho plus traditionnel, simple, pop et efficace. En duo avec Deborah Harry, « L’étrangère » est une merveille disco-pop d’une classe infinie, la mélodie y est diamant précieux serti d’une orchestration en métal noble. Drôle de mise en abîme aussi, puisqu’il y est question de « Call Me » de Blondie… « Les chansons de l’innocence », le morceau-(presque) titre, cible le rétroviseur avec en ligne de mire le Daho des années 80, celui de Pop-Satori, avec son disco noir d’une fraîcheur salutaire. Une parfaite conclusion.

Portées par des orchestrations foisonnantes, les nouvelles compositions possèdent une ampleur assez inédite tout en restant viscéralement pop, toujours en équilibre précaire. Les chansons de l’innocence retrouvée est assurément un grand cru, peut-être le disque le plus abouti de l’artiste.

Toorsch’

Publicités

Si tu veux, tu peux même laisser un commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :