THE RETURN OF THE LIVING DEAD – soundtrack- 1984

jeudi, mars 27th, 2014 par Toorsch

rotld-ost

Le retour des morts-vivants est une de ces bonnes grosses séries B bien marrantes, comme seules les années 80 savaient en fournir. Le film n’est pas à proprement parler la suite de La Nuit des morts vivants, le chef-d’œuvre de George A. Romero, mais disons qu’il s’en inspire. Rien d’étonnant à cela, puisque c’est une production de John Russo, qui a par aillieurs travaillé sur le scénario de la fameuse nuit… On pourrait même pousser le raisonnement plus loin en admettant que The Return Of The Living Dead est la suite que Russo offre au film originel. Après tout, la paternité de La Nuit des morts-vivants lui revient presque tout autant qu’à George A. Romero. La réalisation fut confiée à Don O’Bannon (également scénariste sur la saga Alien) et le moins que l’on puisse dire c’est que le ton est ici bien loin des préoccupations politiques de l’oeuvre de Romero. Le film baigne dans une ambiance délicieusement eighties et semble presque parodique par moment. Les zombies sont également assez typiques, puisqu’ils sont doués de parole et possèdent une attirance toute particulière pour les cerveaux humains. Ce qui donnera naissance au mythe populaire du zombie dévoreur de matière grise alors que, curieusement, l’idée ne sera reprise nulle part ailleurs… excepté peut-être en guise de citation.

La bande son, bien dans son époque, jongle donc fort logiquement entre hard-rock FM et punk-rock, c’est une sorte de formidable bad trip dans un cimetière brumeux plein de goules, de guitares saturées et de batteries artificielles. A tout seigneur tout honneur, c’est aux Cramps que revient la lourde tache de pousser les grilles grinçantes des lieux en dégainant un « Surfin’ Dead » conçu spécialement pour l’occasion; autant dire que la qualité est au rendez-vous. Un peu plus loin, dans la chapelle du cimetière vous trouverez le groupe Damned en plein délire gothic-punk éructant un « Dead Beat Dance » complètement fou. Roky Erickson, l’ex leader du 13th Floor Elevators, quant à lui, balance son « Burn The Fames » forcement très perché, mais musicalement très loin des errances psyché de son ancien groupe. Le reste n’est pas toujours du même niveau, mais tout cela demeure très convenable. The Jet Black Berries se posent en sympathiques émules de Joy Division tandis que le « Trash’s Theme » final copie avec brio les fameuses bandes originales de John Carpenter, indispensable donc…

The Cramps – Surfin’ Dead – Youtube 

Toorsch’

Publicités

Si tu veux, tu peux même laisser un commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :