Archives de avril, 2014

La voix de Roy

mardi, avril 29th, 2014 par Toorsch

Roy+Orbison+royorbison2

Sha, laa, laaa, dooby waah, Bum Bum Bum, Yip Yip, Vum.

La question est la suivante. « Comment est-ce possible que de stupides onomatopées puissent se transformer en mélodie céleste d’une si pure beauté? » La réponse éclate et tout devient clair lorsque Roy Orbison se met à chanter « Blue Angel » avec cette voix venue d’ailleurs. Une voix simplement incroyable, l’une des plus belles de l’histoire du Rock’N’Roll. Roy appartient à un autre temps, pas si ancien, mais lointain. Il débuta sa carrière chez Sun Records sur les conseils de Johnny Cash, un pote, à la grande époque des pionniers. Il fut d’ailleurs le plus jeune artiste embarqué dans la célèbre écurie de Sam Phillips. Mais Roy n’avait rien d’une furie rockabilly avec sa gueule quelconque et ses épaisses lunettes à double foyer, pas vraiment un sex-symbol à la Elvis. Lire la suite »

Publicités

CHRISTOPHE – Clichés d’amour – 1983

dimanche, avril 27th, 2014 par Toorsch

christophe clichés d'amour

Clichés d’amour paru en 1983 est un album à part dans la discographie de Christophe, un album plaisir, un peu hors-série. Constitué uniquement de reprises, celui-ci baigne dans une ambiance nocturne et jazzy aux relents tenaces de films noirs. Christophe se montre particulièrement à l’aise vocalement, bien calé au milieu de son orchestre swing, il renaît en crooner désuet, tel un fantôme un peu absurde mais beau. Le classicisme de Clichés d’amour pourra surprendre les amateurs des oeuvres plus « évoluées » du chanteur, mais force est de constater que l’exercice de style est parfaitement exécuté.

Lire la suite »

CALLA – Televise – 2003

samedi, avril 26th, 2014 par Toorsch

Calla++Televise

Calla, album Televise, de la noirceur lourde, de l’émotionnel à fleur de peau, mais toujours auréolé d’une lumière lointaine, d’une vacillante lueur d’espoir. De la poussière naît un son, une rature sonique qui vient griffer le tympan. « Strangler » traîne sa saturation dans les affres de la mélancolie, mais dans cet épais brouillard jaillit une mélodie en forme de feu-follet, rassurant guide en territoire hostile. Tandis que crépite le compteur Geiger, l’auditeur pénètre un peu plus loin dans ce paysage désolé et sans espoir. « Monument » progresse avec lenteur, toujours à l’économie de moyens, ne subsiste qu’un squelette de chanson aux os blanchis. Lire la suite »

GOLDFRAPP – Head First – 2010

mercredi, avril 23rd, 2014 par Toorsch

Goldfrapp - Head First

Abba underground et digital agrémenté de la moustache de Giorgio Moroder, voilà une définition qui sied plutôt bien à Head First, le très bizarre cinquième opus de Goldfrapp. Après avoir autant écumé les dancefloors que des chemins plus pastoraux, le duo britannique nous fait un nouveau virage à 180°, cap cette fois-ci sur les années 80. La sonorité typique de cette époque colorée, parfaitement émulée ici, a de quoi dérouter le chaland égaré, et c’est peu dire que Head First n’est pas l’album le plus accessible du groupe, ni même le plus apprécié. Ce disque est à l’image de sa pochette, acidulé au-delà du raisonnable, une sorte de plaisir coupable qui nécessite une bonne dose d’abandon de soi pour en profiter pleinement. Lire la suite »

THE MONKEES – « First album » – 1966

mardi, avril 22nd, 2014 par Toorsch

First LP Monkees

L’affaire est entendue, les Monkees c’est le gros coup commercial. La réponse américaine préfabriquée à la déferlante Beatles. Les membres du groupe ont été recrutés via les petites annonces par les producteurs Bob Rafelson et Bert Schneider. En gros, l’idée était de refaire Hard Day’s Night en série télé afin de draguer la jeunesse ricaine avec un produit du cru… Cependant, les membres des Monkees étaient, presque tous des musiciens accomplis, même si dans un premier temps, ils devront se contenter du chant uniquement. C’est Ed Kirchner qui gérera le « Pôle-musique », avec des chansons écrites sur-mesure, jouées par la crème des musiciens professionnels d’alors. Une méthode qui annonce des décennies de musique insipide et préfabriquée, à une différence près, celle proposée ici est exceptionnelle. Au risque de faire grincer quelques dents, j’affirme que cela vaut bien, par moment, du Small Faces ou du Yardbirds! Lire la suite »

CHRISTOPHE – Intime – 2014

vendredi, avril 18th, 2014 par Toorsch

Christophe intime

En marge de son Intime Tour, Christophe a fait une halte en studio en décembre dernier, avec un public trié sur le volet, afin de coucher sur bandes une pelletée de chansons en versions dénudées. Seul derrière son piano, le beau bizarre nous offre des squelettes aux os blanc, des morceaux de choix qui ne peuvent désormais plus tricher. Débarrassées de leurs arrangements flamboyants, les chansons de Christophe n’ont pour seules armes que leur beauté naturelle. Lire la suite »

PRINCE FATTY & THE MUTANT HIFI – Return Of Gringo! – 2011

mercredi, avril 16th, 2014 par Toorsch

Return of gringo

Vous aimez le musique surf, le ska et les bandes originales de Western-spaghetti? Si oui, il y a de fortes chances que ce disque soit fait pour vous, puisqu’il balance nonchalamment ces trois ingrédients explosifs dans un mixeur. Le résultat est un smoothie au goût de terre en forme de faux soundtrack d’un film imaginaire et barré. Le producteur pistolero un peu taré à l’origine du projet se nomme Mike « Prince Fatty » Pelanconi, un gars qui vient du dub et du reggae; cela se ressent dans la sonorité globale de l’album, grasse, ample et chaude. Lire la suite »

CHRISTOPHE/JEAN-MICHEL JARRE, le duo flamboyant.

lundi, avril 14th, 2014 par Toorsch

christophe les paradis perdus

LES PARADIS PERDUS – 1973 (écoutez l’album sur Deezer)

Attention album magnifique, mirifique et furtif, dont la beauté n’a d’égale que sa concision. Les paradis perdus est un étrange voyage dans le monde fantasmé d’un dandy lunaire. Christophe nous balance son rock sophistiqué oscillant entre blues du delta et glam synthétique, entre rockabilly des pionniers et electro futuriste, de la musique multiple et belle, du rêve en pâte noire et micro-sillon. Majoritairement concoctée en partenariat avec Jean-Michel Jarre (au texte, ce qui n’est pas commun), cette collection de chansons ne s’offre pas si facilement, tant les détails y sont importants, tant le travail d’orchestration et d’écriture est colossal. Les paradis perdus, c’est du rock à la française qui ne rougit pas et intègre la variété sans la moindre honte. Lire la suite »

LA NUIT DES MORTS VIVANTS (remake) – Tom Savini – 1990

vendredi, avril 11th, 2014 par Toorsch

00Night of the Living Dead  (1990)

Pour ce remake de 1990, George Romero a lui-même retravaillé le scénario de son classique LA NUIT DES MORTS VIVANTS. Spécialiste d’effets spéciaux et de maquillages gores en tous genres, Tom Savini s’est lui, chargé de la réalisation. Pour le reste, que les fans se rassurent, rien n’a changé: le crash du vaisseau spatial, les cadavres irradiés qui sortent de leur tombe, affamés de chair humaine, et les survivants qui tentent désespérément de le rester sont toujours là!   Lire la suite »

JOHNNY CASH & WILLIE NELSON – VH1 Storytellers – 1998

vendredi, avril 11th, 2014 par Toorsch

story-tellers

Ce live-là est souvent oublié lorsque l’on parle de la grande période « American » de Johnny Cash, et pourtant, bien qu’issu de l’émission Storytellers de VH1, celui-ci est bel et bien produit par Rick Rubin pour American Recordings. Deux légendes sur scène, la moitié des Highwaymen, deux amis décontractés qui s’échangent leurs morceaux, qui en parlent beaucoup; en gros, deux potes qui jament tranquillement pour le plus grand bonheur des personnes présentes, et plus tard des auditeurs de l’album. C’est un concert intimiste, juste deux voix et autant de guitares, de la musique vivante, de la musique qui respire, de la musique vraie. Très loin de l’artificialité du studio ou du Barnum que devient parfois un show rock. Ici tout n’est que pure émotion et ressenti.

Lire la suite »

%d blogueurs aiment cette page :