EDDIE COCHRAN – The Best Of – 2005

dimanche, avril 6th, 2014 par Toorsch

eddie-cochran-the-very-best-of-eddie-cochran-100848155

Dès le départ, le rock sent le soufre, la mort rôde, combien de décès tragiques? Combien de héros figés dans le temps? Figures légendaires de l’éternelle jeunesse.

Une carrière débutée à 17 ans et brisée à 21. Cochran paya de sa vie son tribu au Rock’N’Roll. Accident de taxi, froissement de tôle, trop vite, trop jeune. Fin de l’histoire?

Météore rock, enfant prodige et inventeur du punk! Carrément, ouais, inventeur du punk (et Link Wray, y compte pas? Bordel…)! Ses riffs seront pillés par tous les Ramones et autres Clash de la création. Preuve supplémentaire: son hallucinante version de « Blue Suede Shoes » de Carl Perkins. Du punk pur jus, vingt ans avant la lettre.

Eddie Cochran, c’est un peu le coffre au trésor rockab’, un machin démentiel qui sent l’huile de vidange, « Summertime Blues », « C’Mon Everybody » ou « Nervous Breakdown », c’est du super plombé pour gros V8 bruyant! Un escadron de Hell’s lâché dans le transistor! Mais Eddie c’est aussi de splendides ballades pour Drive-in et Cadillacs roses, « Three Steps To Heaven » ou « Dark Lonely Street ». De l’émotion adolescente, un vieil écho hurlant dans la poussière du temps, un diamant brut sous le saphir.

Eddie Cochran est à la fois figé dans son époque et ancré dans l’imagerie rock! Un type sans qui Brian Setzer ou même les Cramps ne seraient rien! Nada!

Eddie Cochran c’est Elvis qui aurait franchi le Styx.

Eddie Cochran, un nom qui sonne comme un avertissement…

Lien Spotify

Lien Deezer

Toorsch’

Publicités

3 commentaires sur “EDDIE COCHRAN – The Best Of – 2005

  1. Alexandre dit :

    Une légende ! Townshend lui doit beaucoup aussi.
    En général, je trouve dommage que si peu de gens s’intéressent au rock fifties, beaucoup de rockers sont coupés de leurs racines rockab’. Selon moi, le genre musical le plus violent, le plus urgent, et de loin. Loin devant le metal ou le punk par exemple. Ces mecs étaient de vrais tarés…. Jerry Lee ou Little Richard ne faisaient pas semblant.

    Donc, je trouve que chaque moment passé à en parler est une brillante idée, si ça peut faire découvrir Eddie à quelqu’un, bien joué Toorsch ! 🙂

    • toorsch dit :

      Beaucoup lui doivent tant, un vrai bottin de rockeurs-suiveurs sous influences direct. De lui, de Buddy, d’Elvis bien sur et de Cash, Jerry Lee, Link et je m’arrête ici.

      Il est vrai que l’on parle moins des pionniers que de la génération suivante. Mais tout ça c’est aussi dû à l’expansion des possibilités médiatique des 60’s et de sa vague pop au retentissement sans précédent.

      Je te rejoins sur cette musique que place loin devant le Métal en terme d’énergie pure. Je trouve celle du Métal un peu artificielle quand elle n’est pas complètement vaine… (aïe va y avoir baston…)

      Il arrivera bien un temps ou il va falloir réévaluer tout ça de manière sérieuse. Si même la variété crasse des 80’s y a droit, il y a urgence…

  2. Jimmy Jimi dit :

    Il a ce jeu tellement incisif, mais, en même temps, toujours follement élégant. Merci pour ton billet, il est primordial de ne pas oublier les pionniers.

Si tu veux, tu peux même laisser un commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :