DICK RIVERS – L’homme sans âge – 2008

mardi, avril 8th, 2014 par Toorsch

dick rivers homme sans age

Quand -M- écrit un album pour Johnny Hallyday c’est la presse entière qui s’emballe, même les journaux télévisés en causent, c’est dire si l’évènement est national. Et peu importe si au final, l’éléphant accouche d’une souris trisomique. La chose a beau être un naufrage, il y a du grain à moudre et c’est bien la seule chose qui compte. D’autant plus que l’on n’attend plus rien de l’idole des jeunes devenus vieux. La musique n’a absolument pas sa place dans le tourbillon médiatique qui découle du moindre pet du plus célèbre des belges. Par contre, quand Joseph D’Anvers offre à Dick Rivers ni plus ni moins son album le plus classe, c’est le silence radio. Quelques vagues remous dans le presse spécialisée et L’homme sans âge s’en retourne au néant. Il faut bien dire que Dick Rivers est délicat à cerner, il est à la fois grotesque et magnifique, humble et prétentieux. Se voulant Johnny Cash à la française foulant les grands espaces américains, mais restant désespérément Niçois. L’homme a beau jeu d’aligner des albums de grande tenue, il restera l’éternel troisième larron de la sainte trinité des rockeurs frenchy.

Le morceau-titre ouvre l’album avec une histoire de pacte avec le diable, toujours la même rengaine depuis Robert Johnson en somme. « L’homme sans âge » se nourrit de regrets, ceux de l’homme mais aussi ceux de l’artiste. « Sur le toit du monde » se déroule lentement, la voix est intense, chargée d’une étrange tristesse. Et puis il y a ce refrain sublime avec cette phrase qui résume tout, « Il m’en aura fallu des gens, pour être seul ». Rien à ajouter. Avec « Je reviens » sonne l’heure du bilan, de l’inventaire des sentiments, combien de vies dans une vie? Combien d’échecs mal digérés et de réussites à l’arrachée? L’album se termine comme il a débuté, entre regret et douceur, contentement et douleur. « Gagner l’horizon » est une des ces chansons magnifiques qui vous happe, vous tord les tripes et vous abandonne en plein questionnement. De celles qui ne laissent pas indemnes.

L’homme sans âge est un grand album de rock français, point.

Lien Spotify

Lien Deezer

Toorsch’

Publicités

9 commentaires sur “DICK RIVERS – L’homme sans âge – 2008

  1. Charlu dit :

    Dingo ce mec, il m’a tjrs intrigué..rien que pour le pseudo, fallait oser :D..mais un Dick c’est tjrs pas dégueux, malgré les clichés. Il prends de la bouteille le Dick, ça devient très très bon je trouve.

    Ceci dit T, je trouve Jojo/M terriblement bon. Je peux pas piffré les deux séparemment, mais y’a longtemps que j’attendais un album de blues du M, sincèrement, c’est notre plus grand guitariste avec Paul Personne.. dommage qu’il fasse le con sur ces disk. « Tanagra » est top avec jojo :D..arrff, on a ts qqchose de jojo nan ??

  2. Charlu dit :

    Eh T !! t’as écouté le Cash 84 qui vient de sortir ??

  3. toorsch dit :

    Ce disque est ouf’. Jojo Hahalidé je peux pas vraiment (a part peut-être, l’incroyable les Rock les plus terribles). Ce mec est un gâchis, regarde son concert anniversaire-machin-truc qui est passé l’année dernière sur TF1 (gros mot), la partie Rockab’ était fabuleuse, mais le reste d’une merditude à faire peur.

    Yep, j’ai chopé le dernier Cash (pas encore en physique), les chansons, la voix, tout est là, pas la meilleure période c’est sur, mais c’est bon. Par contre la prod’ (surtout le remix Costello) fait un peu pute… Dommage.

    • charlu dit :

      arrff c’est les années 80.

      Nan, pas regardé le concert, d’ailleurs j’ai jarté la touche TF1 au burin de ma télécommande. Le dernier live écouté, c porte de pantin 79 .. top 😀
      Pour moi « jamais seul », c’est son meilleur disk depuis ouffff bah 79.. le preuve (un signe ?), c’est qu’il s’est gauffré avec celui là.

  4. toorsch dit :

    Peut-être son meilleur depuis longtemps, j’en sais rien, mais la plupart des paroles sont ridicules. Je sais bien que ce n’est pas le moteur premier du Rock and roule, mais quand même, on est parfois proche du calembour, du bon mot gaulois bien naze…

    Nan vraiment, je ne peux pas sorry mon C!

    • Charlu dit :

      Ya pas dmal T.. les paroles c’est clair, c’est le M aussi..d’ailleurs me rappelle plus de quoi ça parle sauf qq jeux de mots foirreux avec Jade, puis Mick truc;;sûr que M c’est pas Labro.
      J’aime bie le jeu de gratte du M qui s’endurcit avec la voix du pépère. M un jour il fera un album à la Hendrix.. d’ailleurs avant, ses live commençaient avec les riff de Voodoo child tranquille. En attendant ces albums solo sonnent trop ado.

      J’écoute Cash 84 et je te reviens.

      « non jamais jamais jamais..je ne jouerai comme toi…tinlinlin tinlinlin lin lin lin…. » 😦

      • Jimmy Jimmi dit :

        Si ma mémoire est bonne, il y avait quand même un texte de Brigitte Fontaine – et faire chanter du Fontaine à Johnny, c’est tout de même un exploit de M!

  5. Jimmy Jimmi dit :

    En effet, cet album est superbe; j’y étais allé à reculons à cause d’un précédent (avec notamment des textes hideux du mec de Mickey 3D), mais celui-ci à la grande classe.

    • toorsch dit :

      Le précédent éponyme était très variable, la valse des auteurs n’y étant pas étrangère. C’est sans doute à « Ode à Dick » que tu fais référence Jimmy, qui est très limite niveau texte… par contre « La chanson des adieux » est sublime…

Si tu veux, tu peux même laisser un commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :