THE BLACK KEYS – Turn Blue – 2014

mardi, juin 3rd, 2014 par Toorsch

bk

Alors quoi, les Black Keys auraient-ils fait fausse route avec Turn Blue? A en croire le déferlement de critiques négatives, le groupe vient de commettre l’impardonnable: livrer un album ouvertement commercial, bien plus que ne l’était déjà (le pourtant très bon) El Camino. Les fans de la formation des débuts, celle du blues garage (guitare et batterie bien roots) ont eux, lâché l’affaire depuis un bout de temps déjà. Depuis Attack & Release en fait, depuis l’arrivée de Danger Mouse à la production. Dès lors, les Black Keys n’ont eu de cesse de semer le trouble dans leur foisonnante discographie, lorgnant vers le rap, la soul, le rock calibré et enfin la pop (plus ou moins psyché) avec ce dernier opus. De quoi irriter l’amateur de la première heure et décontenancer le nouveau venu. Et pourtant, rien ne laissait présager, il y encore six ou sept ans de ça, que ce duo intégriste issu de la ville d’Akron dans l’Ohio ferait une telle carrière. Dan et Patrick avaient plus des gueules d’outsiders s’adressant à un public de « puristes », le genre de groupe qui s’enferme dans un style précis et qui n’en démord pas, et c’est d’ailleurs ce que les Black Keys ont fait le temps de quatre albums et quelques EPs. Magic Potion, le dernier disque de cette première période, instaurait déjà une certaine forme de lassitude, moins inspiré, presque automatique, un comble pour un groupe si jeune.

Tout ça pour dire que même si Turn Blue n’est pas la plus grande réussite du groupe, il est toujours agréable de voir des musiciens explorer de nouvelles pistes. Comme le fait Neil Young (par exemple) depuis ses débuts avec plus ou moins de bonheur et d’inspiration.

D’après la pochette (piquée aux Black Angels…) et les premières bandes-annonces louches apparues sur le net, on pouvait légitimement s’attendre à voir débarquer une chose psychédélique acide jusqu’au bout du buvard, mais il n’en fut rien. Déjà le premier single « Fever » avait de quoi refroidir les ardeurs lysergiques du quidam cramé et avide de sons distordus, non pas que le titre soit particulièrement mauvais, juste d’un intérêt plus que relatif. Pas très inspiré, certes mieux que le navrant « Happy » de Pharrell Williams au rayon soupe populaire, mais pas de quoi se taper le cul par terre non plus. Single pompeux mis à part, Turn Blue se tient plutôt bien, « Weight Of Love », « In Time » ou « Bullet In The Brain », tout cela, ce n’est clairement pas de la petite bière. Cette soul blanche irradiée d’acide est même d’un très haut niveau, une sorte de rejeton de Brothers sauce early Pink Floyd.

Au final, même si Turn Blue est un bon disque, il n’est pas transcendant pour autant, vivement la prochaine métamorphose…

Lien Deezer (Fever)

Toorsch’

Publicités

6 commentaires sur “THE BLACK KEYS – Turn Blue – 2014

  1. Chris dit :

    Je ne connais pas bien leur discographie, donc je n’ai pas un avis de fan…mais je l’ai trouvé pas mal aux premières écoutes…

  2. bistroman dit :

    Je l’ai offert à un pote mais ne l’ai même pas écouté…
    😦

    • toorsch dit :

      Bon après c’est mon opinion personnelle à moi tout seul…^^ D’autres adorerons, mais je le redis, c’est un bon disque. Un bon disque c’est déjà bien, hein?!?!

  3. Alexandre dit :

    Well, nos avis divergent quelque peu. J’avais trouvé dans El Camino, surtout la deuxième moitié de l’album, ce même automatisme, ce creux d’inspiration que tu décris très bien pour Magic Potion.

    En revanche, celui-ci, je le trouve bien moins commercial que le précédent (pas de vrai single à extraire, dans le sens ou aucun morceau n’est aussi immédiat et « entraînant » pour parler vieux, que « Lonely Boy » n’a pu l’être par exemple. Et je le trouve aussi bien plus réussi qu’El Camino, sur lequel j’ai envie de passer la fin des chansons, voire la chanson en entier, alors que celui-ci est plus homogène. Certes, ce n’est pas un chef-d’oeuvre intemporel, mais on a un sacré paquet de titre géniaux, et ça en fait pour moi un excellent album, comparé au précédent pour lequel j’aurais du mal à dire plus que « très très bon mais… ».

    • toorsch dit :

      « El Camino » m’as scotchée, celui pas vraiment, bien sur, il y a des chansons qui tuent, mais globalement c’est le moins bon du groupe. Mais j’admire le côté baroudeur des Black Keys!

Si tu veux, tu peux même laisser un commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :