GODZILLA – Gareth Edwards – 2014

dimanche, octobre 12th, 2014 par Toorsch

godzilla-reboot-2014-movie

« Cette aventure spectaculaire oppose Godzilla, le monstre le plus connu au monde, contre des créatures malveillantes qui, renforcées par l’arrogance de l’homme, menacent notre existence. » Voilà pour l’expéditif pitch situé au dos de la jaquette du Blu-ray, très sommaire, celui-ci exprimant malgré tout plutôt bien les tenants et les aboutissants du long métrage de Gareth Edwards. En effet, après 60 ans de bons et loyaux services, il est inutile de présenter encore Godzilla, cette figure légendaire du cinéma japonais.

Dix ans se sont écoulés depuis le mythique (et très kitsch) Godzilla Final Wars, dernier film en date entièrement produit par la Toho, qui voyait le roi des monstres affronter ses ennemis les plus mémorables dans un festival délirant d’effets spéciaux cheap et de jeux d’acteurs excessifs. Rien de bien sérieux en somme, mais de quoi ravir les fans de la bestiole. Ce qui nous amène à ce reboot qui a la lourde charge de relancer une franchise longue de presque 30 long-métrages plus ou moins qualitatifs et sérieux. Godzilla 2014 doit non seulement assumer des années d’égarement japonisant, mais surtout faire oublier le désastreux Godzilla ricain de 1998, et ça, Gareth Edwards l’a bien compris puisque son film nous renvoie directement au premier Gojira, celui de 1954.

Après nous avoir fait saliver avec des bandes-annonces redoutables et un marketing de fou furieux, Godzilla a divisé la critique et le public lors de sa sortie en salle. La déception fut, comme souvent, à la hauteur de l’attente suscitée. Il est vrai que le film n’est pas exempt de défauts, la quête du héros principal d’abord, trop classique, trop américaine pour une oeuvre qui globalement ne s’affranchit jamais de ses origines japonaises. Le peu de temps de présence de Godzilla revenait également souvent dans le flot des critiques négatives, et il est vrai que le principal intéressé se fait souvent désirer, ce qui est très frustrant, mais aussi très excitant. Ce défaut s’avère au final être une des grandes forces du film. D’autant que lorsque Godzilla apparaît enfin à l’écran, tout le reste n’existe plus, ni les autres Kaiju ni les humains, le roi des monstres est si gigantesque, tant par sa taille que par son charisme, qu’il éclipse tout. Les puristes peuvent bien pester contre le nouveau design de la bête, celui-ci n’a jamais été aussi beau.

De plus, le film de Gareth Edwards n’omet pas de nous offrir son lot de scènes époustouflantes, entre les batailles de Kaiju absolument titanesques et la sublime séquence de Halo jump avec György Ligeti en fond sonore, il y a de quoi satisfaire les rétines les plus récalcitrantes.

Niveau musique, c’est un sans faute, avec ce score d’Alexandre Desplat qui de part sa présence et sa grande lourdeur rappelle celui du premier Godzilla de 1954 (réédité en vinyle et cd chez Death Waltz il y a peu), ce qui est une très bonne chose. Le compositeur a su parfaitement exprimer le gigantisme de la créature, une vraie réussite donc.

Très sérieux dans le ton, ce nouveau Godzilla est aussi poétique pour un blockbuster, c’est un film redoutablement intelligent qui n’oublie cependant jamais d’être spectaculaire et divertissant. Assurément le film de Kaiju le plus réussi de ces dernières années.

Bande annonce (Youtube)

Toorsch’

Publicités

6 commentaires sur “GODZILLA – Gareth Edwards – 2014

  1. Jimmy Jimi dit :

    Je respecte, évidemment, mais ce n’est pas franchement mon truc.
    Je viens donc ici pour « réclamer » le retour de la Reprise Dominicale.
    Merci d’avance,

    • toorsch dit :

      Le reprise reprendra si je peux dire. Je me doute que ce n’est pas ta péloche fétiche, moi si, j’aime le ciné de genre de préférence douteux…

      Marci de ton passage, j’ai quelques idées pour les prochaines reprises. Wait & See

  2. E-T Chris dit :

    Je n’ai pas vu ce film, seulement celui de 1998 (mouais…) et je crois bien que je n’ai jamais vu l’original (mais j’ai un doute…) mais j’ai évidemment beaucoup de sympathie pour cette petite bête (ah le ciné japonais…) et contre toute attente tu m’as donné envie de voir celui-là (c’était pas gagné…)!!

    • toorsch dit :

      Je ne peux que te le conseiller, c’est largement au dessus du pourtant très cool Pacific Rim et ça enterre la franchise Transformer (même si ce n’est pas la même chose) dont le premier opus était tout de même pas mal.

      Sinon, en ce qui concerne la saga jap’, ce nouveau film a de quoi faire râler les puristes, de part l’embonpoint du principal intéressé et du traitement relativement ricain du scénar’. Mais en étant tout à fait sincère, ce reboot s’avère salutaire, le traitement est finalement assez semblable à ce qu’a fait Nolan avec Batman (toutes proportions gardées)…

      Donc oui, regarde ce film, en Blu Ray de préférence car la photographie très « grise » est splendide…

  3. toorsch dit :

    Très différent, c’était juste pour le comparatif inévitable, Kaiju tout ça…

Si tu veux, tu peux même laisser un commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :