Les Gardiens de la galaxie – James Gunn – 2014

lundi, décembre 15th, 2014 par Toorsch

guardians

En confiant la réalisation de son blockbuster estival à James Gunn, plus habitué aux petits budgets, Marvel Studios a osé l’originalité. D’autant que le réalisateur dit avoir eu une grande marge de manœuvre durant la conception de son film, chose assez rare chez Marvel (voir la genèse chaotique de Antman). Néanmoins le risque a payé, puisqu’au final, Les Gardiens de la galaxie est à ce jour le meilleur film de la maison des idées, savant mélange du premier Iron Man par son aspect Feel Good Movie et de Avengers pour le côté Actioner décomplexé. Le tout servi dans un enrobage Space Opera franchement cool. 

Pas prise de tête, plutôt marrant mais surtout pas trop long, Les Gardiens de la galaxie possède tous les critères de qualité qui manquent à la majorité des blockbusters actuels. A l’heure où les moindres Transformers et Pirates des Caraïbes durent trois plombes, il est bon de voir une péloche expurgée de tout le surplus inutile et n’excédant pas les deux heures.

guardians-of-the-galaxy-poster-rocket-419x600

Stars de synthèse.

Bien que les acteurs soient tous très convaincants, ce sont les créatures en images de synthèse qui crèvent l’écran. L’année 2014 nous aura au moins prouvé une chose: que le cinéma est enfin capable de générer des personnages en CGI réellement crédibles. D’abord avec les primates du second volet du reboot de La Planète des singes, mais aussi et surtout via Groot et Rocket, les deux comic relief des gardiens (personnages cultes en devenir). L’équipe du film a tout de même réussi le tour de force de rendre « humains » un homme-plante et un raton laveur doué de parole. On en oublierait presque l’effet spécial, preuve ultime de sa réussite.

Bien entendu, Les Gardiens de la galaxie n’est pas exempt de défauts. Notamment au niveau de son scénario, très (trop) classique dans son déroulement. Ainsi le film avance sans réelles surprises, ça bastonne quand il faut, ça pleure quand il faut et ainsi de suite. Cette problématique est cependant valable pour tous les autres films Marvel. Autre défaut récurent de la maison: un méchant manquant cruellement de consistance. Son seul rôle (excepté la destruction de l’univers) sera au final de souder le groupe des gentils, relégué au simple rang de prétexte servant l’exposition des personnages principaux. En cela, le film donne parfois trop l’impression d’amorcer une franchise (ce qui est le cas). Ceci étant dit, ces quelques ratés n’entachent en rien le plaisir.

Côté musique, en plus d’un score honorable signé Tyler Bates, le long-métrage profite d’une sélection musicale haut de gamme constituée uniquement de standards des années 70 tels que « Moonage Daydream » de David Bowie ou encore « Hooked on a Feeling » de Blue Swede. Un ingénieux subterfuge (qui prend la forme d’une cassette audio) est d’ailleurs utilisé pour placer la musique au cœur même du film.

Pour résumer, Les Gardiens de la galaxie est une oeuvre qui fleure bon les 80’s mais avec les moyens techniques d’aujourd’hui. Un buddy movie dans l’espace, un space opera décontracté du slip, bref tout ce que Star Wars n’est pas.

Un petit conseil, si vous êtes équipé, offrez-vous l’édition blu-ray 3d, sa qualité technique est simplement irréprochable.

Toorsch’

Publicités

Si tu veux, tu peux même laisser un commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :