Festival de Gérardmer 2015: Jours 1 & 2

vendredi, janvier 30th, 2015 par Pierre Sachet

gerardmer 15

C’est parti pour le 22e festival du film fantastique de Gérardmer, le 10e pour ma pomme (rajeunit pas le garçon)! Je vais tenter, entre deux séances, un Kébab et un petit tour à la rhumerie de donner mes impressions à chaud sur la sélection 2015. Sélection qui s’annonce ma (mon) foi(e) plutôt blindée de belles petites pépites à la mode vosgienne, je vous en dirai des nouvelles pas plus tard que tout de suite :

Journée d’ouverture oblige, on arrive à la bourre, on fonce à l’espace Tilleul, un petit détour à l’appart pour récupérer les clés, un crochet au supermarché du coin histoire de faire le plein de fruits et légumes, et on se jette sur la salle du casino pour voir qu’on est à la bourre. Commence bien le festival. On reprogramme Ex_Machina pour dimanche et on passe directement a la deuxième journée du festival.

GOODNIGHT MOMMY

Goodnight_Mommy

Dans la chaleur de l’été, deux jumeaux de dix ans attendent leur mère dans une maison isolée en pleine campagne. Quand elle revient le visage entouré de bandages suite à une opération de chirurgie esthétique, plus rien ne semble comme avant. Froide et distante, la mère empêche désormais tout contact avec le monde extérieur. S’agit-il bien alors de leur mère ? Les garçons commencent à en douter et ils vont tout mettre en œuvre pour tenter de découvrir la vérité. Tout, vraiment tout…

Premier film du festival pour nous après le loupé de la veille et première déception. Le film tient certaines des promesses de la bande-annonce, le métrage est assez anxiogène et la montée en tension finale est bien amenée et très bien réalisée.
Mais les deux gros points négatifs sont:
– la trame de l’intrigue qui est archi-usée, à force c’est lassant. Elle est cependant bien mise en place et le transfert dans le monde de l’enfance est une bonne idée.
– les réalisateurs, présents dans la salle, ont cru bon d’insérer un « passage comique » au deux tiers du film. En plus d’être totalement raté niveau comique, cette scène n’apporte rien et nous sort totalement du film tant elle est absurde et mal écrite.

Verdict : moyen.

ELECTRIC BOOGALOO: THE WILD, UNTOLD STORY OF CANNON FILMS!

electric_boogaloo

Mélangeant interviews, extraits de films et images d’archives, ce documentaire retrace l’histoire de la société de production Cannon Films, créée par Menahem Golan et Yoram Globus. Dans les années 1980, ces deux producteurs ont sans aucun doute produit les plus grands nanars du cinéma, s’emparant de force de la machine hollywoodienne, et changeant à jamais l’histoire du cinéma bis.

Deuxième film, deuxième déception. Le documentaire se contente de présenter les patrons de feu Cannon comme deux pecnots parachutés à Hollywood, il s’entête a nous rappeler à quel point les films qui ont bercés notre enfance étaient de gros navets. Un documentaire sans aucun intérêt, dans le forme comme dans le fond.

THE SIGNAL

the signal

Nic et Jonah sont deux étudiants de première année du MIT, l’un comme l’autre passionnés de piratage. Lors de leur traversée du sud-ouest des États-Unis en compagnie d’Haley, la petite-amie de Nic, un génie de l’informatique réussit à les attirer dans une zone étrangement isolée… [Brutal fondu au noir.] Lorsque Nic reprend connaissance, il doit s’engager, seul et déboussolé, dans une lutte contre des forces qui semblent désormais le dépasser…

Troisième film et première bonne surprise de notre sélection. Un vrai bon film de science-fiction pure, qui, bien qu’assez classique dans la forme, se révèle très étonnant notamment dans son final vertigineux. Les acteurs sont tous parfaits, et ce jusqu’au moindre second rôle qui peuple ce monde étrange d’où tente de s’extirper Nickel et ses deux potes.

Verdict : Excellent.

LE PROJET ATTICUS

THEATTICUSINSTITTUTE

Fondé en 1976 par le Dr Henry West, l’institut Atticus était spécialisé dans l’étude de personnes développant des capacités paranormales : parapsychologie, voyance, psychokinésie, etc. Des centaines de personnes présentant ce genre d’aptitudes ont été étudiées par les chercheurs de l’institut et de nombreux articles annonçant leurs résultats ont été publiés. Mais aucun cas étudié jusque-là n’avait préparé le Dr West et son équipe à l’arrivée de Judith Winstead…

Quatrième film: au vu de la bande-annonce, je m’attendais à rien de plus qu’un petit film d’horreur sympathique avec ses jump scares habituels. C’est tout à fait ça, et même plus. L’histoire (tirée de faits réels) est plutôt cool sans réinventer la poudre, l’horreur ne se contente pas de jump scares, mais se veut plus insidieuse et l’actrice principale est littéralement possédée par son rôle. Un très bon « documenteur » de festival.

MONSTERZ

monsterz

Un homme qui a la capacité de contrôler les gens par la seule force de son regard préfère mener une vie solitaire au lieu de faire plier l’humanité à son bon vouloir. Lorsqu’il fait usage, avec parcimonie, de son pouvoir, il s’assure que personne ne se souvienne d’avoir été manipulé. Sa petite vie sans saveur prend une tournure particulière lorsqu’il croise le chemin de Shuichi Tanaka, qui semble être le seul à pouvoir résister à ses pouvoirs. Troublé et furieux, l’homme décide alors de le faire disparaître…

Cinquième film, pas spécialement envie de le voir mais finalement c’est une bonne surprise. L’histoire est plutôt bien foutue, pas mal d’humour et les acteurs ne sont pas franchement manchots. Comme souvent pour les sélections asiatiques le métrage se tire en longueur et la fin se fait attendre.

Sachet

Publicités

Si tu veux, tu peux même laisser un commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :