BLUES BLUES BLUES AND SOUL! PART X

mercredi, décembre 2nd, 2015 par Toorsch

buddy guy

BUDDY THE GUY

Il y a des petits trucs comme ça dans la vie qui vous redonnent foi en l’être humain, et le fait que Buddy Guy, 79 ans au compteur, puisse encore publier un album du calibre de Born To Play Guitar en est indéniablement un. Buddy Guy, le dernier grand bluesman, l’ultime représentant d’une espèce bientôt disparue, Buddy Guy, né pour jouer le blues, né pour mourir avec lui.

blues singer

BLUES SINGER – 2003

Après le marécageux Sweet Tea (voir épisode numéro un), Buddy prend la tangente et coupe l’électricité. Blues Singer sera non seulement entièrement acoustique, mais aussi un hommage à ses pères. John Lee Hooker, Skip James ou encore Lightnin’ Hopkins, tous sont là, convoqués par les incantations vaudou de Buddy The Guy! Blues Singer est un album à l’os, fait de bois et de chair, qui ne triche jamais. Si l’on tend bien l’oreille, on entend craquer le bois des guitares et le bottleneck racler les frettes.

« Hard Time Killing Floor », c’est l’essence même du blues. Seul à la guitare, la voix haut perchée, Buddy Guy paraît presque surnaturel, émané d’un fantasme de blues ultime. Le standard de Skip James semble soudain si vaporeux sous les doigts experts de Guy. C’est alors que débarquent les musiciens, et quand surgit « Crawlin’ Kingsnake », le serpent se déploie dans la poussière, il grandit à chaque nouvelle vibration de la contre-basse, devient noir, de plus en plus noir, sifflant son blues à des kilomètres à la ronde. Plus loin sur la route passe un chat noir, « Black Cat Blues », guitare ivre, chant plaintif et superstition façon Mojo. Du blues dans sa forme la plus pure, de la liqueur triple X distillée à l’ancienne. Le genre de tord boyaux qui soigne toutes les peines sauf la gueule de bois.

Mais on finit toujours avec Lady Solitude. « Lonesome Home Blues », un chant nocturne pour bicoque perdue dans le fin fond du sud profond ou pour appartement glauque crevant sous le poids de la rue dans le mythique Chicago. C’est surtout ça le blues, une affaire de solitude…

Lien Deezer 

buddy_guy_born_to_play_guitar

BORN TO PLAY GUITAR – 2015

Déjà la pochette dit tout, quelle image puissante! Puis la chanson-titre, un cri du cœur, un condensé de plus de cent ans de blues. Il fallait bien ça pour ouvrir en beauté la dernière livraison de l’ultime bluesman, BB King ayant abdiqué il y a peu.

Avec un petit coup de main des copains, en l’occurrence Billy Gibbons, l’album s’enflamme sous les assauts du tonitruant « Wear You Out », sorte d’outtake des ZZ Top boosté par la guitare plus « authentique » de Buddy Guy. Un mélange riche en octane apte à faire rugir même la plus récalcitrante des muscles-cars. « Whiskey, Beer & Wine » démarre sur un riff funky avant de trouver son rythme de croisière dans un groove poisseux et profond. Envie de boire un coup, de picoler, de laisser son cerveau se noyer dans l’alcool pour mieux entendre tournoyer ce riff en boucle.

Le blues au plus profond de l’âme, « Turn Me Wild » est une autre déclaration d’amour, mais pas une énième tournerie sur un thème imposé. Ici, on touche à l’intime, on presse le fruit originel, preuve qu’il donne encore pas mal de jus à celui qui sait le caresser. Pour « Flesh And Bone », l’hommage à BB King, c’est Van Morrison qui vient prêter main forte au vieux Bluesman, car pour la première fois, Buddy n’est pas assez fort pour mener le combat seul. Il en fera donc un gospel, comme il se doit. Et bordel que c’est beau, entendons-nous bien, « Flesh And Bone », n’est pas le testament du blues, mais celui d’une certaine forme de blues. Celui des grands anciens. Et Lucille pleure dans un ultime écho…

Lien Deezer

Thank You Mister Guy, another Whiskey before you go?

Toorsch’

Publicités

Si tu veux, tu peux même laisser un commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :