DAVID BOWIE – Blackstar

lundi, janvier 11th, 2016 par Toorsch

Blackstar_album_cover

Ce disque je voulais l’acheter vendredi, le jour de sa publication. Un petit cadeau pour le week-end, après une semaine de travail en somme. Puis finalement à 16 heures en sortant du bureau, j’ai eu la flemme de passer chez Gibert. « Blackstar attendra lundi, j’ai une bouteille de rhum dans le frigo qui se languit de moi… » Blackstar a bien attendu lundi, mais pas Bowie. La nouvelle est tombée, Ziggy Stardust est mort. Du coup, je me suis senti bien triste et con en passant chez Gib’ après le taf’. Moi qui d’habitude traîne dans les rayons à la recherche de pépites, là, j’ai chopé mon exemplaire et suis sorti du magasin le plus vite possible. Le testament de Bowie entre mes mains hésitantes.

Blackstar, un album en surface monolithique et noir, mais si nuancé et vertigineux dans ses profondeurs, coloré aussi. Un disque de jazz, de rock, d’electro ou même de hip hop, un disque folk sous certains aspects, mais toujours viscéralement pop. Dès l’ouverture, avec le morceau éponyme, Bowie joue gros, il sort le grand jeu avec dix minutes anthologiques en forme de cauchemar ou de bilan. Les deux sont toujours un peu semblables. Avec le recul, « Lazarus » prend une toute autre ampleur, et son clip devient limpide. Bowie aura contrôlé jusqu’à la mort elle-même. « Girl Loves Me » c’est presque du rap, ça groove comme un tube taillé pour la radio tout en visant les étoiles. C’est Major Tom qui est toujours perdu dans l’espace et le fait savoir. La fin de l’album tend vers l’apaisement, en apparence du moins, et Blackstar se fond dans le silence. Le plus décevant au final, c’est que les dernières secondes du disque passent comme de vulgaires secondes, alors qu’on les voulait, non pas éternelles, mais simplement un peu plus longues que d’habitude, histoire de se préparer à l’absence… Mais non, le monde est toujours si tristement réglé dans sa banalité dégueulasse.

Une dernière question Mr Bowie: il y a-t-il de la vie sur Mars?

Lien Deezer

Toorsch’

Publicités

12 commentaires sur “DAVID BOWIE – Blackstar

  1. Chris dit :

    J’avais prévu de l’acheter…un jour… mais j’ai eu l’occasion d’aller à la Fnac aujourd’hui alors je n’ai pu résister…et tu dis bien tout ce qu’il y a à en dire… ce sera un disque long à apprivoiser et en faire le tour (mais c’est ça qui est bien…), qui me parait apaisé quand même, un peu mais c’est mon tout petit avis de ma 2e écoute…

    • toorsch dit :

      Contrairement au précédent, je pense qu’il reviendra encore et encore sur la platine, il m’a happé comme le dernier Nick Cave l’avait fait… Mais ici les circonstances sont plus graves, il nous aura fait une sortie magnifique quand même. Je me marre quand j’y pense. Il peut être fier de lui…

  2. Chris dit :

    Perfectionniste jusqu’au bout…:)
    Du coup j’ai pris le précédent aussi, il était en soldes, je l’avais trouvé pas mal à sa sortie, à revoir….

  3. charlu dit :

    mais oui..tt est clair maintenant, album testament 😦
    Biz T

    • toorsch dit :

      Une bien belle sortie, il nous a eu une dernière fois… ça me fait marrer dans un sens. C’est bien comme ça, ouais c’est bien comme ça…

      • Alexandre dit :

        C’est exactement ça ! Je l’espère aussi, ça paraît mis en scène, j’espère qu’il a pris plaisir à faire ça… Un super album, vraiment, j’en attendais pas tant il est vraiment époustouflant. Il va nous manquer…

  4. julianleblog dit :

    Merci pour ce bel hommage qui me donne envie de découvrir son 25e album et être encore une fois transporté

  5. john warsen dit :

    « Bowie aura contrôlé jusqu’à la mort elle-même. »
    Tu y vas un peu fort.
    Il a eu le temps (18 mois nous dit-on) d’apprivoiser la sienne, de se faire Halliday.
    (attention, jeu de mots de niveau 1)
    Pendant ce temps, Halliday se faisait Charlie.
    (niveau 2)
    C’était de bonne guerre : combien de fois Charlie s’était-il fait Halliday ?
    Charlie n’a pas contrôlé sa mort.
    Contrôler la mort, c’est la même idée que « maitriser le lâcher-prise » ; y’a comme un biais méthodologique.
    Tu ne peux contrôler ce sur quoi tu n’as pas prise.
    Ce que Bowie a contrôlé et anticipé, ce n’est pas sa mort, mais la date de sortie de son album, de façon à nous faire le coup, sublime en effet : « mes petits chéris, quand vous écouterez mon disque, je ne serai plus », pour influencer notre façon de l’écouter.

  6. elnorton dit :

    La vraie nouvelle, c’est que tu mets ton rhum au frigo !
    Un trait d’humour obligatoire de ma part, pour éviter de parler de ce qui rend triste, la mort d’un artiste, et pas n’importe lequel…
    Blackstar est un testament d’une valeur inestimable.

    • toorsch dit :

      Oui c’est une bouteille pas top taillée pour le rhum-coca et comme mon « freezer » est un peu mort, pas besoin de glaçons. Mais j’attendais cette remarque 🙂 MERCI!!!

Si tu veux, tu peux même laisser un commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :