WIKIPIZZA #5: 2001, L’odyssée des Byrds

lundi, février 1st, 2016 par Toorsch

PHO731990d4-6432-11e4-bfd2-c533ca31df82-805x453

Aujourd’hui, ni meurtre, ni suicide collectif, ni même allusion morbide. Wikipizza entre enfin dans l’âge de la gaieté et de l’amour. Avec un soupçon de science-fiction, tout de même.

Le 15 janvier 1968 a paru dans les bacs des disquaires The Notorious Byrd Brothers, le cinquième album du groupe américain The Byrds. Jusqu’ici rien de bien folichon, si ce n’est que le disque est excellent malgré l’ambiance délétère qui régnait en studio lors de son enregistrement. Pour la petite histoire, c’est l’un des premiers albums à mélanger habilement rock psyché et country, bien avant que cela ne devienne une mode et que tous les chantres de l’acide ne s’engouffrent dans la brèche du country & western.

NotoriousByrdBrothers

Mais ce qui nous intéresse ici, ce n’est pas tant le disque dans son entièreté que sa dernière chanson, la bien nommée « Space Odyssey ». Un morceau qui puise son inspiration dans la nouvelle The Sentinel du romancier et scientifique anglais Arthur C. Clarke. Oui, tout comme 2001, l’odyssée de l’espace, le chef-d’oeuvre de Stanley Kubrick qui sortit en avril de la même année… Kubrick et les Byrds qui s’abreuvent à la même source, voilà qui est incongru. Preuve que la course aux étoiles était dans toutes les têtes en cette fin des sixties. L’homme marchera sur la lune un an plus tard…

Bien sûr, le long-métrage culte sera plus qu’une simple adaptation de la nouvelle, il en sera une autre incarnation, fruit des ambitions démesurées (?) de son réalisateur. Une oeuvre cross-media également, Arthur C. Clarke écrira conjointement le roman 2001 (extrapolation de sa propre nouvelle donc) et co-signera le scénario de la version cinéma. Avec quelques variations tout de même, pas de monolithe dans la nouvelle, mais des pyramides sur la lune, le monolithe n’est pas noir dans le roman mais transparent et ainsi de suite.

Au final ce qui est beau dans cette histoire, c’est la convergence vers un même point. La coïncidence artistique, qui sous son apparent désordre forme un tout assez cohérent.

Toorsch’  

Publicités

4 commentaires sur “WIKIPIZZA #5: 2001, L’odyssée des Byrds

  1. Jimmy Jimi dit :

    Hello Toorsch’,
    Pour la petite histoire, on raconte qu’il y avait un musicien à la place du cheval sur la photo d’origine (une façon de le traiter de bourrin?)!
    P.S. : sinon, Maître Capello me souffle qu’on dit : « a paru » et non « est paru » et « habilement » et non « habillement » !

    • toorsch dit :

      Salut,

      Capello te souffle justement. Pour le cheval, c’est une vengeance façon le parrain, mais en plus sournois et moins gore. Voilà ce qui arrive quand tu quittes les bros.

      Même en tant que Grammar Nazi, ton passage fait plaisir.

  2. Jimmy Jimi dit :

    « Grammar Nazi », c’est dur mais, à titre personnel, j’aime bien quand on corrige mes fautes (j’ai peu fréquenté les bancs de l’école et je sais que j’en fais encore beaucoup)…

Si tu veux, tu peux même laisser un commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :