MA VIE EN MONO #3: Le Disquaire Day

dimanche, avril 17th, 2016 par Toorsch

RSDvector_2013-665x400

J’ai un problème avec le Disquaire Day ou Record Store Day (pour nos amis anglo-ricains). Si je trouvais cela amusant au début, le principe de mettre nos formidables disquaires en avant, les collectors, la frénésie tout ça, depuis un certain temps cela ne m’amuse plus vraiment. Voire m’agace franchement. Les collectors deviennent de plus en plus faux, les majors abusent en rééditant des choses mille fois rééditées et les tarifs sont délirants. Parfois, un 45 tours inédit ou une rareté sympathique attirent l’œil, mais le passage en caisse est semblable à une sodomie à sec, avec un filet de harissa. « Oui mais c’est une édition limitée mon bon monsieur, regardez, les prix s’envolent déjà sur le net! ». En effet pour couronner le tout, il y a la spéculation, parfois même orchestrée par quelques disquaires peu scrupuleux. Une vaste arnaque en somme. Assez symptomatique du marché actuel du vinyle: pressages pas toujours au top, masters numériques et prix quasiment deux fois supérieurs aux versions CD de semblable qualité sonore. Les majors se gavent une fois de plus, sans avoir retenu la moindre leçon. Restent les indépendants qui souvent font du beau boulot, notamment dans la réédition classieuse de bandes-originales. Waxwork, One Way Static, MondoDeath Waltz ou les historiques labels ritals, là au moins tu sais pourquoi tu passes à la caisse.

Le bon côté du Disquaire Day, pour revenir à notre sujet, c’est que ça amène du monde dans les boutiques. C’est bateau à dire, mais c’est cool. Et ce serait encore mieux si c’était tous les jours le jour des disquaires. Tant qu’à enfoncer des portes ouvertes, en Captain Obvious du bon sentiment, autant y aller franchement. C’est vrai quoi, merde à la fin, bordel de dieu, il faut faire vivre le petit vendeur local, ça suffit avec Amazon! Et cela même si le dit vendeur est un connard (si si ça arrive, pas souvent mais ça arrive), vous croyez franchement qu’il est sympa le PDG d’Amazon? Moi j’ai des doutes. Et l’avantage avec le réel, le tangible, la boutique, la vie quoi, c’est qu’en allant chercher le nouveau Keen’V, si vraiment votre disquaire est le dernier des cons, vous pouvez le lui dire: « Salut connard, je viens récup’ ma reserv’ enculé (toujours user d’abréviations), allez, ciao blaireau! ». Je vous le concède, faut être un sacré enfoiré pour se comporter ainsi, mais au moins vous pouvez le faire!

Allez bisous, pets et amour.

Toorsch’

Publicités

2 commentaires sur “MA VIE EN MONO #3: Le Disquaire Day

  1. Chris dit :

    Pour le coup je ne regrette pas de ne pas y avoir participé (pourtant j’ai failli…)…en même temps il m’aurait fallu aller jusqu’à Metz et c’est plutôt loin de chez moi…;)
    Et ça fait un petit moment que je n’achète plus sur Amazon (enfin j’essaie…)!

Si tu veux, tu peux même laisser un commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :