Archives de juin, 2016

SUMMERTIME NOIZE #4: The Swimming Pool Accident

samedi, juin 25th, 2016 par Toorsch

Pet sounds

THE BEACH BOYS – Pet Sounds – 1966

J’ai lu une critique, sur un célèbre site marchand américain, qui disait en substance, que le meilleur moyen de découvrir Pet Sounds est de l’écouter assis au sommet d’un plongeoir de piscine. Rapport à la complexité de l’oeuvre et du trouble qu’elle jette lors des premières écoutes. Quitte à tomber de haut, autant que ce soit dans l’eau. Vraiment bien vu cette petite métaphore aquatique et domestique (ouais car dans une piscine publique, ça le fait moyen) .

Mais cette image est bien plus marrante prise au premier degré: Écouter Pet Sounds assis sur le sommet d’un plongeoir, le fantasme Wilsonnien ultime. T’imagines le tableau? La villa vidée de tout occupant, le soleil au zénith à peine troublé par quelques bourrasques de vent et, enfin, Pet Sounds en mono s’échappant des hauts-parleurs d’une superbe chaîne hi-fi. Et toi, le cul sur ton plongeoir, silencieux, l’air un peu niais, souriant. Heureux dans ta légère dépression estivale. Une fois le disque achevé, un plongeon dans l’eau chlorée et tout redevient normal. Quelle expérience!

Le morceau qui tue: Aucun car Pet Sounds est un tout!

Lien Deezer

Toorsch’

Publicités

SUMMERTIME NOIZE #3: Hard Rock Summer

jeudi, juin 23rd, 2016 par Toorsch

Alice+Cooper+Constrictor

ALICE COOPER – Constrictor

Gros trip rétro dans ce numéro, retour vers le passé, le convecteur de la DeLorean calibré sur 1986. L’année du retour en force d’un Coop’ enfin sobre. L’affaire est entendue, c’est du hard FM, artistiquement on y perd beaucoup, bla bla bla… n’empêche que les titres forts sont au rendez-vous.

Imaginez un instant que vous soyez un teenager dans l’Amérique fantasmée par le cinéma d’horreur Hollywoodien des années 80. Comme dans tout bon slasher qui se respecte, votre histoire commence au début de l’été avec une bande de potes, un chalet perdu dans la forêt prêté par un oncle que personne ne connait, drugs & booze et surtout les gonzesses (cette chronique est connement genrée, sorry). Ah oui, j’allais oublier le plus important, vous êtes blanc (décidément c’est de pire en pire rayon clivages) donc la radio crache du Hard Rock à toute blinde, Constrictor en l’occurence. La suite est connue, première baignade à poil dans le lac du coin, premier meurtre… Le tueur? N’importe quel Jason random fera l’affaire.

C’est aussi ça le son de l’été, du bon hard FM qui tâche, soit le délicieux bonheur du mauvais goût.

Le morceau qui tue: « He’s Back », pour le coup c’est réellement le morceau qui tue puisque issu de la B.O de Friday the 13th Part VI, l’un des meilleurs épisodes de la saga. En bref, du gros hard bourré de synthétiseurs baveux typiques de l’époque, mais avec des paroles hilarantes.

Lien Deezer

Toorsch’ 

DO YOU REMEMBER SUMMERTIME RADIO?

mardi, juin 21st, 2016 par Toorsch

summertime noize

A journey into the summer of a teenager who is dancing the boogaloo all alone…

Voilà le pitch, « School’s Out », l’école est fermée pour l’été, il y a la plage, les filles, les mecs, de bonnes vibrations dans l’air, les premières voitures, pour le reste, faites votre scénario. N’oubliez pas d’y mettre du drame, de l’amour et pourquoi pas un grand requin blanc et/ou un Teenage Werewolf

ALICE COOPER – School’s Out

THE BEACH BOYS – Good Vibrations

EDDIE COCHRAN – Summertime Blues

THE RAMONES – Rockaway Beach

BRUCE SPRINGSTEEN – I’m On Fire

DICK DALE & HIS DEL-TONES – Surf Beat

ELVIS PRESLEY – Little Sister

BIG STAR – Thirteen

THE CRAMPS – I Was A Teenage Wereworlf

THE DOORS – Summer’s Almost Gone

GASPARD ROYANT – Summer’s Gone 

THE RAMONES (Again!) – Do Remember Rock And Roll Radio?

Lien Deezer

 Toorsch’

 

LITTLE BOB BLUES BASTARDS – Howlin’ – 2015

dimanche, juin 19th, 2016 par Toorsch

Howlin

Voilà comment le rock devrait toujours sonner! Tout est dit, j’arrête ici ma chronique et retourne illico remettre la galette sur la platine. Bon d’accord, c’est pas cool comme attitude. Avant ça, je vais quand même vous causer un peu du bousin, histoire de vous mettre l’eau à la bouche, ou plutôt la bave à la gueule. Car bordel, que ce disque porte bien son nom: Howlin’! Il y a bien longtemps déjà que ce vieux loup de Roberto Piazza hurle son blues bâtard dans les nuits noires du Havre. Lire la suite »

Turbokronikciné #4

samedi, juin 18th, 2016 par Toorsch

El_Ultimo_Elvis-Cartel

EL ULTIMO ELVIS – 2012

Un film de Armando Bo

Avec John McInerny, Margarita Lopez et Griselda Siciliani

A Buenos Aires, Carlos Gutiérrez est Elvis, à l’usine comme sur scène où il officie pour une agence de sosies. Plus qu’une passion, Elvis est pour lui un mode de vie. Voilà qu’un accident l’oblige à endosser un nouveau rôle, celui de père, quand sa fille, Lisa Marie, a besoin de lui… Lire la suite »

Le guide du routard 2016: Deviant Shack Summer Edition

lundi, juin 13th, 2016 par Toorsch

crystal lake

Marre des sempiternelles formules all inclusive dans des hôtels faussement chics de Bulgarie ou de Croatie? Marre des plages espagnoles infestées de touristes allemands suintant la Wurst et la Bittburger, ras le bol aussi de Center Park et de son exotisme toc? Vous recherchez l’aventure, la vraie? Ce guide est fait pour vous! Il répertorie, pour votre plus grand plaisir, les meilleures adresses « insolites » de la planète. Si vous ne craignez ni les démembrements, ni les gros animaux dangereux, ni même la mort, ce qui suit devrait vous ravir.

LE GUIDE DU ROUTARD 2016: DEVIANT SHACK SUMMER EDITION, pour partir autrement!

Lire la suite »

SUMMERTIME NOIZE #2: L’Été sans fin

samedi, juin 11th, 2016 par Toorsch

corpsetarmes

ETIENNE DAHO – Corps et armes – 2000

« Premier soleil de l’an 2000… Bien à toi. » ça fait un bail cette histoire de rendez-vous sans hasard, de plongée dans l’eau glacé et de corps plus légers qui remontent à la surface. Ça fait un bail, quasiment une demie-vie sur le plan strictement personnel.

Il y a toujours eu, dans l’oeuvre d’Etienne Daho, un aspect solaire. Même plus qu’un aspect, l’astre de feu semblant être le moteur des chansons de l’artiste. Et dans ce temple érigé à la gloire du dieu , Corps et Armes est sans doute l’artefact le plus brûlant. C’est le disque de « l’été sans fin », celui du soleil qui brûle la peau, du sel qui mange les lèvres et du ressac des vagues. Un disque de rencontres et d’adieux, un disque de rupture. Comme toujours. Un sommet de pop à la française.

Le morceau qui tue: « La Baie », à écouter seul au bord d’une piscine avec, pourquoi pas, un verre d’alcool.

Lien deezer

Toorsch’ 

HFT- Le chant du fou du volant

mercredi, juin 8th, 2016 par Toorsch

thief auto

La longue oeuvre de Thiefaine est parsemée de références plus ou moins compréhensibles, et à la manière d’un Gainsbourg, celui-ci n’hésite pas à pratiquer le name dropping. Célébrités, poètes, pop culture, alcools en tous genres mais aussi automobiles. C’est précisément ce dernier point que nous allons passer en revue ici. Si le beau Serge s’est longuement laisser aller à la contemplation de sa Rolls Royce Silver Ghost de 1910 dans l’introduction de Melody Nelson, dissertant sur la beauté du Spirit of Ecstasy surplombant fièrement le radiateur, chez le jurassien les citations automobiles sont plus furtives, mais aussi plus nombreuses. « Gentlemen, start your engine! » Lire la suite »

TONY JOE WHITE – Rain Crow – 2016

dimanche, juin 5th, 2016 par Toorsch

tonyjoewhite_raincrow

Un mauvais vent se lève, Tony Joe White sort de ses marécages, un harmonica entre les dents et un alligator en laisse. Après s’être enfermé dans son fief et avoir pratiqué le hoodoo, il vient livrer son dernier né à sa maison de disques. De toute manière, elle n’a pas son mot à dire, elle n’y connait rien en magie noire. Et franchement, je n’aimerais pas être la personne chargée de contrarier le Swamp Fox. C’est un coup à finir avec un crotale enfoncé dans la gorge.

Lire la suite »

Ma vie en mono #7: Johnny, Roy, Sachet et moi

vendredi, juin 3rd, 2016 par Toorsch

mon 7

Dans le film High Fidelity, le personnage interprété par John Cusack cite l’autobiographie Cash par Cash comme étant son livre favori. C’est un choix comme un autre, pas plus con ni meilleur. Pour ma part, je ne me risquerais pas à avoir un bouquin favori, sinon Je suis une légende de Richard Matheson. D’abord car c’est un sacré bon roman et qu’ensuite, au même titre que la chanson « Life On Mars » de Bowie, il me rappelle mon meilleur copain. Que l’on nommera ici, Sachet.

Pour en revenir à l’autobiographie de Johnny Cash et à l’amitié, c’est ici que ce « billet d’humeur » prend tout son sens, c’est un des rares livres que je peux ouvrir au hasard, y picorer quelques belles feuilles et le refermer avec un plaisir toujours intact. Cependant, il y a un passage que j’affectionne tout particulièrement, un paragraphe qui parle de queue de cheval et de la mort de Roy Orbison. C’est un moment à la fois triste et drôle. Un grand morceau d’amitié qui triomphe de tout, même du pire. Et je me dis qu’il est sans doute là le vrai truc. Se marrer jusque dans la mort, rire, toujours se taper le cul par terre. On aura tout le temps de pleurer par la suite. Et je sais que le père Sachet me rejoint sur ce point.

Alors oui, comme le personnage de Cusack, mon bouquin préféré c’est peut-être Cash par Cash, allez savoir. Pour les mêmes raisons que la chanson « Life On Mars » de Bowie.

Toorsch’

%d blogueurs aiment cette page :