Summertime Noize #7: Lucky Old Brian

lundi, août 8th, 2016 par Toorsch

lucky old sun

BRIAN WILSON – That Lucky Old Sun – 2008

That Lucky Old Sun nous parle d’une Californie qui n’existe plus, sinon dans la tête de Brian Wilson. A t’elle seulement existé un jour, ailleurs que dans les albums des Beach Boys? Qu’importe après tout si That Lucky Old Sun ressemble à une publicité pour office de tourisme, avec ses fières oranges sur sa pochette et ses textes nostalgiques posés sur des mélodies hors du temps. Qu’importe vraiment, tant la chose coule de source.

Ce disque est un concept-album comme on n’en fait plus, avec narration et colonne vertébrale (le morceau « That Lucky Old Sun »), la complète panoplie en somme. Un rêve californien de quarante minutes qui va et vient comme les vagues du Pacifique. Ça coule, c’est fluide, c’est beau. Le créateur de Smile possède encore de jolis restes, lui qu’on disait cramé au LSD, éteint.

Les morceaux qui tuent: Il est préférable d’écouter le disque dans son entièreté pour en saisir toutes les nuances, mais si vraiment il faut choisir, disons « Going Home » et « Southern California ». Dans le premier, Brian se livre sans filet avec juste ce qu’il faut de poésie, tandis que dans le second, il se souvient, évoque Carl et Dennis, les Beach Boys, le début de la gloire… avant les tempêtes. Beau à chialer!

Lien Deezer

Toorsch’

Publicités

6 commentaires sur “Summertime Noize #7: Lucky Old Brian

  1. Christelle dit :

    Je crois bien que c’est la même Californie que j’ai dans la tête. ..:)

  2. charlu dit :

    n’importe quoi….. ;D

    • Toorsch dit :

      Pauvre de toi, casse toi écouter Paulo faire du crincrin dans son jardin et laisse la beauté à ceux qui savent la contempler. Bises C Man, les affaires reprennent. 🙂

  3. devantf dit :

    Je me suis fait piégé… Tout fanadorateur de Brian que je suis, je n’ai pas trop écouté cet album, à tort j’en convins après une écoute superficielle. … et puis ce timbre de voix encore là mais, fatigué et cette fatigue me touche. Mais voilà dès les premières notes de « That Lucky Old Sun » je me suis enchaîné la version de Louis Armstrong et me voici abandonnant Brian pour plonger dans le New Orleans… C’est ça aussi la musique. La chaleur de Louis est une tuerie

    • Toorsch dit :

      Pour moi That Lucky Old Sun c’est le vieux Johnny Cash, période american. Découverte ainsi, happé par l’homme en noir, difficile d’en revenir…

      J’aime également cette fatigue, cette nostalgie aussi.

      Louis bien sûr, la nouvelle Orléans.

Si tu veux, tu peux même laisser un commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :