Le jour du départ de John Burrows

mercredi, septembre 7th, 2016 par Toorsch

john

Le 16 août 1977, dans la soirée, John Burrows s’apprête à quitter l’aéroport de Memphis dans un avion en partance pour Buenos Aires. Dans la chaude atmosphère de l’été, l’homme transpire beaucoup avant de rejoindre enfin son siège. Le climatiseur de la cabine souffle un air frais salvateur, semblable a celui d’une Cadillac dernier modèle. Dans son costume bleu clair, John semble un peu à l’étroit, il remet son col, encore et encore comme par réflexe. Se racle la gorge bruyamment, ajuste ses bagues en or, les doigts guidés par un tic nerveux, enfile ses Ray-Ban Aviator puis regarde par le hublot. Dehors le soleil décline et les résidus de kérosène dessinent d’étranges formes multicolores sur le tarmac transpirant. L’aéroport est en ébullition, il y a de l’agitation partout, les terminaux dégueulent des voyageurs par dizaines, des arrivées, des départs, la valse des taxis, décollages, atterrissages, mais tout cela, engoncé dans son costume bleu, l’homme n’en a cure. Memphis lui manquera sans doute, la maison, l’enfant, les potes, mais pas la foule. Perdu dans ses pensées, l’homme ne prête pas la moindre attention aux instructions de vols dispensés par la magnifique hôtesse de l’air. Dans une autre vie, il l’aurait abordé, elle aurait succombé et enfin ils auraient baisé dans les chiottes de l’avion. C’est aussi simple que ça. Mais ce soir, John n’a même pas porté un regard sur cette beauté blonde dont la mini jupe, pourtant, laisse échapper d’interminables jambes.

Décollage enfin, le spectacle est grandiose, aussi grand que Memphis semble soudain si petite écrasée sous les rayons lourds d’un soleil déclinant. Alors que la carlingue fend l’air, John, confortablement installé en business class se laisse aller à la contemplation. Ce n’est pas la première fois qu’il prend l’avion, ni même qu’il décolle de cet aéroport, mais cette fois c’est différent. Le voyage sera sans retour. « C’est donc ici que j’ai vécu, ici, comme un roi » se dit-il. Mais ses pensées vagabondes sont rapidement troublées par une hôtesse, une autre, moins jolie.

-Excusez-moi, désirez-vous quelque chose à boire Monsieur?

-Un whisky-soda, merci, euh… on the rocks. S’il vous plait m’dame, lui rétorque John d’une voix hésitante et traînante, comme au sortir d’un songe.

-Très bien, je vous apporte cela tout de suite.

Sans dire un mot, John se tourne à nouveau vers le hublot pour ne rien rater du spectacle, mais Memphis est déjà loin. Il a beau s’arracher la nuque, sa ville a disparu dans le néant. Ou plutôt dans les vapeurs trompeuses des souvenirs. « Merde ». D’un coup, il a l’impression d’être un évadé, un hors-la-loi fuyant les forces de l’ordre, un grand criminel en cavale. La belle affaire. « Ennemi public numéro uno, voilà un titre qui a de la gueule », s’entend t-il dire à voix basse. C’est exactement le moment que choisit l’hôtesse pour lui apporter son Whisky-soda.

-Vous disiez monsieur? demande t-elle d’un air détaché.

-Non, rien, je me parlais à moi-même m’dame.

-Très bien, je vois. Et avec ceci, désireriez-vous de quoi dîner monsieur? Nous avons un large choix de…

-J’imagine qu’il n’y a aucune chance d’avoir un sandwich banane-beurre de cacahuète?

Depuis quelques minutes la nouvelle est tombée: Le King est mort.

Toorsch’

Publicités

4 commentaires sur “Le jour du départ de John Burrows

  1. Je ne te savais pas partisan de la secte « Elvis n’est pas mort ! » 😀

  2. Till dit :

    Et oui c’est exactement à ça que je pensais en voyant la date au début.
    Alors le King est mort mais peut-être pas Elvis. L’enquête suit son cours ?

    [Sinon je mets Baster sur le coup, mais c’est un baltringue]
    Till

Si tu veux, tu peux même laisser un commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :