Elvis a quitté le building

vendredi, septembre 23rd, 2016 par Toorsch

elvis

“Elvis has left the building.” Tu peux l’écrire dans ton bouquin gamin, Elvis a quitté le building… On utilisait ce vieux truc de foire à chaque fois. Une idée du Colonel. Imparable. Ça en jette en fin de concert, non? Et bien le show est terminé. J’veux dire le concert du grand tout. Mais si Elvis s’en est allé saluer le grand patriarche, John Burrows lui, coule des jours heureux à Buenos Aires. Tu ne l’écris pas ça, par contre… Enfin après tout, tu écris bien ce que tu veux, qui ira croire un truc pareil? Les tarés, les complotistes? Peut-être.

Tu veux qu’on parle de moi? Tu veux savoir quoi que tu ne sais pas déjà gamin? Tout a été dit, mille fois, de mille manières différentes, dans le tas il y a forcément des vérités. C’est mathématique. Et puis je me souviens pas de tout, ma version ne serait pas plus fiable qu’une autre. Arrivé à ce stade, avec les pilules et le reste, c’est le brouillard. Parfois, j’ai l’impression de ne connaître Elvis qu’au travers de ce que j’ai lu sur lui. Et puis quoi, imprimons la légende, qui se soucie de la vérité!

Si j’ai inventé le rock’n’roll? Tu en as d’autres des questions à la con? Tu sais le rock’n’roll c’était une putain de Cadillac rose rutilante. Beaucoup tournaient autour mais aucun n’avait la foutue clé de contact pour la démarrer. Il se trouve que Dieu avait fourré le précieux sésame dans la poche arrière de mon jean. Coup de bol. J’ai juste mis le moteur en marche. Le beau rôle. Mais attention le diable attendait au croisement. J’en ai vu des carrefours. Personne n’a approché les portes de l’enfer d’aussi près que moi. A part peut-être Robert Johnson. Mais lui aussi est mort. Le casino gagne toujours, mets-toi ça dans le crâne gamin… La grande limousine noire attend bien sagement garée sur la parking. Je vais te dire, avec les mecs de chez Sun, Johnny, Jerry Lee, Carl et moi, on était le million dollars quartet. Du jamais vu! Le monde nous appartenait, la route était grande ouverte. Les bluesmen avaient vécu comme des clodos, mais nous, on a vécu comme des dieux vivants. C’est ça le truc. Même si pour ça il a fallu négocier avec le malin. Jerry Lee le savait. Il le savait chaque soir quand il foutait le feu à son putain de piano. D’une certaine manière, je dirais qu’on a tué le rock’n’roll en le sortant de son ghetto noir. Regarde-le aujourd’hui. Il est partout et nulle part. Dans les pubs pour de la pâté pour chien ou des merdes de bagnoles hybrides. C’est un beau cadavre, certes, mais ça reste un putain de cadavre. Beau ou pas! Un cadavre de cire, comme celui qu’il y a dans mon cercueil à Graceland. Le jour des funérailles, il a fallu y mettre la clim’ dans le bordel, pour ne pas que le défunt se mette à fondre. Mon ultime blague avant le black out. Mais globalement le tour a bien fonctionné, les rares sceptiques sont vite passés pour des fanatiques illuminés. Le roi est mort, vive moi!

Si ma famille me manque? Oui, mais Lisa Marie vient me voir ici. Et c’est tout ce qui compte à ce stade. Le reste je m’en cogne. Je vis bien, Elvis rapporte bien plus mort que vivant et j’ai enfin viré les membres de la Memphis mafia. Je les ai remplacé par ceux de la Buenos Aires mafia, beaucoup moins chers… 

Je suis désolé que tu aies fait tout ce chemin pour venir à la rencontre d’une épave vidée gamin. Je suis sec, j’ai rien à te dire. Ah si! Je vais crever. Pour de bon cette fois. Le crabe. Tristement banal pour le roi du rock’n’roll. Je vois bien que tu es déçu. Mais si c’est la vérité que tu veux, si tu veux vraiment la vérité, il va falloir que tu imprimes ça. A toi de voir. Mais personne ne lira ton truc, personne de sensé. Le roi est mort, vive… vive qui? Tu vois quelqu’un à la hauteur du poste toi? La place est vacante depuis 1977. Aujourd’hui il n’y a que des comtes, au mieux. Aucun n’a les couilles de se rendre au croisement pour dire au diable d’aller se faire foutre! Je vais prendre un autre Whisky-soda, tu bois quelque chose? Tu sais qu’il n’y a pas moyen de trouver un cheeseburger correct ici…

Toorsch’

Publicités

Si tu veux, tu peux même laisser un commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :