Archives de octobre, 2016

TURBOKRONIKCINÉ #9 + Le retour du Gardien

lundi, octobre 31st, 2016 par Toorsch

31poster

31 

Un film de Rob Zombie sorti en 2016

Avec Sheri Moon Zombie, Malcolm McDowell, Richard Brake et d’autres comédien.ne.s fort.e.s en gueule!

Le 30 octobre 1975, cinq personnes choisies au hasard sont enlevées et retenues en otage dans un endroit appelé Le monde du crime. Durant la nuit d’Halloween, ils devront se battre pour survivre à un jeu violent et sadique… Lire la suite »

THE THIRD HALLOWEEN SPECIAL

vendredi, octobre 28th, 2016 par Toorsch

2016 halloween

CINÉMA TOUSSAINT – On Your Bloody 31

THE THIRD DEVIANT SHACK’S HALLOWEEN SPECIAL

Nuit noire dans une forêt plongée dans un épais brouillard d’automne, au loin une inquiétante cabane se dessine dans l’obscurité. Vous vous en approchez doucement comme par réflexe, mais quel est cet endroit? Un lieu à la fois terriblement sordide mais aussi ridiculement cliché. Les maigres lumières vacillantes s’échappant des citrouilles taillées pour l’occasion, soigneusement disposées le long du chemin, se disputent à la lune pour éclairer vos pas. Bon dieu! Nous sommes le soir d’Halloween, la Samain, le début de la saison sombre. La nuit des morts. Tout s’explique! Perdu dans vos songes, hypnotisé par les visages déformés gravés dans les cucurbitacées, troublé par l’étrange musique semblant sortir de nulle part, vous ne remarquez pas les tombes qui émergent autour de vous, perçant la terre humide avec peine. Vous arrivez enfin devant la cabane, il faut frapper à la porte, vous ne savez pas pourquoi mais il le faut. Les morts sortent à leur tour de ce sol maudit, leurs râles horribles, mélange de douleur atroce et de férocité primale vous glacent le sang. Vous frappez, plusieurs coups, toujours plus fort, vous hurlez de toute votre âme. Soudain! La porte s’ouvre brusquement sans que personne ne soit derrière… Lire la suite »

TURBOKRONIKCINÉ #8

lundi, octobre 24th, 2016 par Toorsch

chair-de-poule

GOOSEBUMPS – CHAIR DE POULE – 2015

Un Film de Rob Letterman

Avec Jack Black, Dylan Minnette, Odeya Rush, Ryan Lee et plein d’acteurs de seconde zone.

Zach Cooper vient d’emménager dans une petite ville, et il a bien du mal à se faire à sa nouvelle vie… jusqu’à ce qu’il rencontre sa très jolie voisine, Hannah, et se fasse un nouveau pote, Champ. Zach découvre rapidement que la famille d’Hannah est spéciale : l’énigmatique père de la jeune fille n’est autre que R.L. Stine, le célébrissime auteur des bestsellers horrifiques Chair de poule. Plus bizarre encore, les monstres que l’écrivain met en scène dans ses romans existent bel et bien. Stine les garde prisonniers à l’intérieur de ses manuscrits. Mais lorsque les créatures se retrouvent libérées par erreur, Zach, Hannah, Champ et Stine sont les seuls à pouvoir sauver la ville… Lire la suite »

Débuts II – Variations sur un même thème

vendredi, octobre 21st, 2016 par Toorsch

debuts-2

butS II

Et tandis que la longue limousine noire remonte l’avenue, les badauds se figent, laissant l’adrénaline emplir leurs veines avant de se lancer à la poursuite de l’engin. C’est qu’ici, comme ailleurs, on ne laisse pas passer sa chance de devenir quelqu’un. Même pour un petit quart d’heure, après tout on y a tous droit. Alors tant mieux si le vent du nord souffle avec assez de vigueur pour recouvrir leurs pauvres vies d’un épais tapis rouge. Qu’importe s’il faut chanter dans un château ou forcer l’accent sur une île grecque, ils se rêvent déjà assis à la droite du Producteur, à lui sucer les doigts. Alors ils s’avilissent du mieux qu’ils peuvent devant les vitres fumées qui bien souvent ne se baissent pas. Un matin de novembre banal dans une ville banale, habitée par des gens qui ne veulent plus l’être. Le genre de lieu où l’on fait tout pour être reconnu, alors quand la longue limousine noire remonte l’avenue… + Lire la suite »

Débuts – Variations sur un même thème

mercredi, octobre 19th, 2016 par Toorsch

debuts-cad

butS

Et tandis que la longue limousine noire remonte l’avenue, les badauds se figent, le regard incrédule. Le vent du nord souffle avec plus de vigueur, arrachant aux arbres les dernières feuilles récalcitrantes, elles s’en iront rejoindre les autres, multitude multicolore tombés sur le macadam. Une fois le véhicule disparu dans l’horizon, les gens se remettent en marche, raccrochant les wagons, reprenant le fil de leurs vies anonymes. Un homme resserre un peu son écharpe, c’est qu’il fait froid très tôt cette année. Une femme tente avec difficulté de maîtriser son jeune labrador en laisse, excité par les passages successifs d’un garçon en vélo et d’une fille en skateboard. Un matin de novembre banal, dans une ville de banlieue banale habitée par des gens banals. Le genre de lieu où il ne se passe jamais rien de signifiant, alors quand une longue limousine noire remonte l’avenue… Lire la suite »

Rattrapage sonique ’16 volume 1

samedi, octobre 15th, 2016 par Toorsch

rattrapage-00

N’ayant que très peu chroniqué les nouveautés de l’année et la voyant lentement mais sûrement glisser vers son achèvement. Sauf fin du monde. Il est donc grand temps d’entamer les nombreuses séances de rattrapage. Les albums seront probablement chroniqués par paire afin que l’entreprise reste digeste.  Lire la suite »

THE WARLOCKS – Songs From The Pale Eclipse – 2016

samedi, octobre 8th, 2016 par Toorsch

songs-from-the-pale-eclipse

Typographie façon Leonard Cohen; le Velvet et Syd Barrett dans la viseur, les Warlocks reviennent à la lumière après une série d’albums opaques mais fantastiques. Né bulldozer psyché à la fin des années 90 avant de virer vampire au mitan des années zéro, le groupe semble enfin avoir trouvé le chemin qui mène au Graal Velvetien. Lire la suite »

JOHNNY CASH – Orange Blossom Special -1965

vendredi, octobre 7th, 2016 par Toorsch

cash-blossom

Voici l’album complètement cramé d’un Johnny Cash en perdition, en pleine période Pills a Go Go.

Nous sommes en 1965, en gros dix ans après les débuts fracassants chez Sun Records. Les temps glorieux semblent bien loin déjà et les pionniers ne sont plus que des reliques. « Merci d’avoir pavé le terrain les gars, mais il faut partir maintenant! » A l’exception, peut-être, des concerts en taules (Folsom et San Quentin), ici commence la traversée du désert. Les yeux bandés au volant d’une Cadillac noire, le pied sur l’accélérateur. Et puis quoi, le sort d’Elvis n’est pas plus enviable, au même moment, il tourne des films à la con et sa discographie s’engraisse de bandes-originales toujours plus douteuses. Au moins Orange Blossom Special a de la gueule lui. Pour tout dire, c’est probablement le meilleur album studio de la vaste période Columbia. Lire la suite »

MA VIE EN MONO #9: Des moments perdus

mercredi, octobre 5th, 2016 par Toorsch

e49e400b4e9b7b53013734e5c4ff7cbdresnet7_4

“J’ai ce job à Darlington, mais certaines nuits je n’y vais pas, certaines nuits je vais au Drive-in, certaines nuits je reste chez moi.” Ce n’est pas grand chose, pas même un couplet de chanson. « The Promise » de Bruce Springsteen pour être précis. Mais ça résonne, ça fait écho. J’ai fait travailleur de nuit dans des usines et j’ai détesté ça. Du plus profond de ce qui fait de moi un humain j’ai détesté ça. Je pointais avec l’impression de me faire dévorer les entrailles. Et je n’étais pas le seul, j’ai vu des mecs plus vieux mourir à petit feu, année après année, écrasés par la machine à broyer l’ambition. Résignés. Ils avaient perdu, accepté la défaite. Un truc s’était brisé en eux. J’allais avoir droit au même traitement, ficelé sur le tapis roulant, direction la broyeuse. Et certaines nuits, las, comme le héros de la chanson je restais chez moi, ou alors je tournais la clé de contact et partais sur la route avec un pote englué dans la même galère. On roulait, la liberté en point de fuite, pour enfin tomber mort de fatigue au petit matin. Oublier un court instant notre situation et le peu de visibilité que nous offrait notre avenir proche.

Moment typique:

-Je peux pas, je bosse ce soir.

-Reste on s’en fout, on prend la voiture et on les emmerde.

-Je vais me faire virer.

-De ce job de merde, et après?

C’est vrai ça, et après, quoi? Alors on grimpait dans cette foutue caisse pour vivre les meilleurs moments perdus de nos vies. Et je n’ai aucun remords, je ne regrette rien, sinon ces moments perdus justement. Ces moments mécaniques de pure liberté. Le piston comme un cœur qui bat. Et la jeunesse qui résiste encore un peu, elle va mourir bientôt, laissant la route à d’autres perdants héroïques.

Billet d'humeur et nostalgie: Toorsch' / Photo et retouches Prisma: Sadaya

NICK CAVE & THE BAD SEEDS – Skeleton Tree – 2016

samedi, octobre 1st, 2016 par Toorsch

skeleton-tree

Comment aborder un tel album lorsqu’on connait sa genèse dramatique? Comment ne pas entendre des références, volontaires ou non? Sans jouer les charognards de la rime, il est évident que la mort plane sur Skeleton Tree, plus que sur n’importe quel autre album de Nick Cave. Elle frappe ici plus frontalement, sans détours, elle se fait plus désarmante du fait de sa vérité crue. La disparition du fils. Mais si la faucheuse laisse glisser son voile de « Jesus Alone » à « Skeleton Tree », elle fait souvent place à l’apaisement.  Lire la suite »

%d blogueurs aiment cette page :