Rattrapage sonique ’16 volume 1

samedi, octobre 15th, 2016 par Toorsch

rattrapage-00

N’ayant que très peu chroniqué les nouveautés de l’année et la voyant lentement mais sûrement glisser vers son achèvement. Sauf fin du monde. Il est donc grand temps d’entamer les nombreuses séances de rattrapage. Les albums seront probablement chroniqués par paire afin que l’entreprise reste digeste. 

crb

THE CHRIS ROBINSON BROTHERHOOD – Anyway You Love, We Know How You Feel

Et voici que l’ex corbeau noir accompagné de sa confrérie arrivent au mitan des années soixante-dix. Sur la frise chronologique du Grateful Dead on commence à dériver lentement vers Shakedown Street. Avec un petit détour chez Funkadelic tout de même pour le groove. De fait, le groupe sonne plus resserré qu’auparavant, mais fort heureusement il carbure encore à l’herbe grasse. Ça demeure cool et chaud. Ça file tout seul, ça englobe comme une épaisse fumée opaque. Le cap du toujours dangereusement ronronnant quatrième album est franchit haut la main. Il y a t-il encore quelqu’un pour regretter les Black Crowes? Je sais bien que la réponse est oui, je ne suis pas fou, mais régalez-vous plutôt avec les dernières productions des frères ennemis, il y a de quoi faire.

Lien Deezer

3af2ad24-8124-44c9-b864-33c838caa952-1

SHOOTER JENNINGS – Countach (For Giorgio)

C’est quoi ce bordel! Voilà que le fils de, hors la loi lui-même, vient faire grincer ses tiags sur le rutilant dancefloor italien de Giorgio. Moroder bien entendu, l’ultime sorcier disco. Conçu comme un trip au pays des boules à facettes, des VHS et de la Nes, Countach (ce titre!) est une expérience dans laquelle les violons country virevoltent au dessus de la dense poussière électronique de quelques vieux synthétiseurs. L’hommage se fait dans les grandes largeurs, oeuvre solo, musiques de films, tout y passe. Et puis il y a cette double révérence assez surréaliste à Bowie et Moroder en fin de galette. Une relecture furieuse de “Cat People” en compagnie de Marylin Manson. Longue pièce de huit minutes rivalisant sans mal avec son modèle. Countach est à la hauteur de son concept, de sa pochette mais aussi de la voiture homonyme! A cheval entre les 70’s et les 80’s, fluo et nostalgique mais pas anachronique. Même les Daft Punk n’auraient pas osé un truc pareil.

Lien Deezer

Toorsch’

Publicités

Si tu veux, tu peux même laisser un commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :