TURBOKRONIKCINÉ #9 + Le retour du Gardien

lundi, octobre 31st, 2016 par Toorsch

31poster

31 

Un film de Rob Zombie sorti en 2016

Avec Sheri Moon Zombie, Malcolm McDowell, Richard Brake et d’autres comédien.ne.s fort.e.s en gueule!

Le 30 octobre 1975, cinq personnes choisies au hasard sont enlevées et retenues en otage dans un endroit appelé Le monde du crime. Durant la nuit d’Halloween, ils devront se battre pour survivre à un jeu violent et sadique…

Rob Zombie, musicien et cinéaste de moins en moins auréolé par la réussite de The Devil’s Rejects, après les échecs successifs de ses deux précédents longs-métrages (Halloween II et Lords Of Salem) revient enfin au cinéma gore à budget microscopique. Le concept de 31 est simple (voir le synopsis) mais diablement efficace et son esthétisme très 70’s fait plaisir à voir. Pas forcément très novatrice, l’idée de faire un survival avec des clowns tueurs aura au moins le mérite d’instaurer rapidement une très forte tension, qui perdurera tout du long.

Comme souvent chez Rob Zombie, les personnages qu’ils soient bons ou mauvais sont de gros déviants, toujours sur la corde raide. Chez un autre réalisateur ou dans un univers moins vicié les protagonistes de 31 n’auraient eu aucun mal à jouer les bad guys. La longue scène d’exposition du début (avec « That’s Smell » de Lynyrd Skynyrd en fond sonore) nous présente une bande de white trash assez proche de la famille Firefly de The Devil’s Rejects, la folie meurtrière en moins, puisque ce sont eux les victimes. Mais là où Rob Zombie a su, par le passé, donner de l’épaisseur à ses personnages jusqu’à faire naître de l’empathie chez le spectateur pour d’ignobles salopards, il se contente ici de rester en surface. Le film se vit alors comme une attraction déglinguée, une Terror House à la violence excessive et parfois dérangeante. 31 demeure malgré son manque cruel de profondeur, un film à ambiance, l’utilisation maline de la musique y est pour beaucoup, Rob Zombie a ceci en commun avec Quentin Tarantino de parfaitement maîtriser l’art de placer la bonne chanson au bon moment.

Basique, brutal, fou, frontal et tout ceci sans le sou, 31 relève du tour de force. Un mauvais tour certes, mais bordel, pour les amateurs d’horreur bien roots, ça fait le taf! Une chose plutôt rare par les temps qui courent.

B.A (Youtube)

Le retour du Gardien

Hello Kiddies, vous vous souvenez de moi? Le Gardien de la cabane. Je vous avais concocté un bien macabre dossier d’Halloween l’année passée. Cette fois, j’ai dû céder ma place aux deux nigauds pourris pour des raisons contractuelles, mais le loup-garou et le zombie ont fait un beau travail, avec leurs monstres en tous genres. Ils ont cependant ouvert leurs cercueils un peu vite. Organiser une fête d’Halloween un 28 octobre, quelle idée mortelle, dans le mauvais sens du terme. Alors j’ai sélectionné pour vous ce film qui vous retournera l’estomac et je suis pile à l’heure, moi! Un comble pour quelqu’un qui a le cerveau bouffé par les vers! Une dernière question les kids: Aimez-vous les clowns?

Chronique + Gardien: Toorsch'
Publicités

7 commentaires sur “TURBOKRONIKCINÉ #9 + Le retour du Gardien

  1. devantf dit :

    Je me marre déjà, je suis en train de le charger et je vais manquer de temps aujourd’hui, je pars bosser, mais me voici avec un film pour mon déplacement. Tu n’as pas honte de me faire regarder des trucs pareils 😉 je vais ainsi équilibrer mes troubles de personnalités je m’emmène le « RosenKavalier » de Strauss en DVD, celui là j’hésiterai moins à me le visionner dans l’avion

  2. devantf dit :

    Je devrai te suivre plus souvent… pour le films.
    Je visionne, et je déteste le casque sur la durée, mais je vais faire une exception. J’avoue avoir été attiré par « thats smell » des Lynyrds, mais je me prends en pleine poire une intro sanglanmarrante puis un air que j’ai de Joe Walsh, j’adore Joe et pas trop le pop-corn…. à suivre

    • Toorsch dit :

      Cool, heureux que tu aies passé un bon moment. Enfin je me comprends… Le petit Lynyrd pile au bon moment, ça c’est de l’introduction. Si tu aimes, je te conseille très vivement, The Devils Rejects, si tu ne la pas déjà visionné, c’est le chef-d’oeuvre de Zombie.
      A+

  3. devantf dit :

    Et on fini sur Dream on, ils ont raisons les traducteurs 😉

  4. devantf dit :

    « The Devils Rejects » fait samedi soir, pour basculer sur dimanche matin, idéal pour aller se coucher. Ha ha ce Zombie, incroyable son attachement à ses pieds-nickelés de l’horreur. Je ne sais pas trop ce qu’il veut nous raconter? Que l’horreur est des deux côtés? Il règle ses comptes? Parce que quand même, ce côté OK ils sont dangereux, vicieux, mais dans le fond… vaut mieux ne pas les rencontrer. En plus trash tu as le portrait de la « liberté » fantasmée des Biker, Hells-Angels. Et le final « Free as a Bird » Un sympa moment. Mais à qui le vendre sans passer pour un Déviant de la Cabane?

Si tu veux, tu peux même laisser un commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :