Archives de mars, 2017

KING GIZZARD AND THE LIZARD WIZARD – 2017

lundi, mars 20th, 2017 par Toorsch

FLYING MICROTONAL BANANA

Un voyage vers une autre dimension sonore, entre les interstices du clavier, dans les micros-intervalles. Psychotropes de chamanes toxiques et venin de serpent. Flying Microtonal Banana ne ressemble à rien d’autre, zigzagant entre le jazz, le rock garage, le krautrock, la musique orientale et quelques éthiopiennes. Le résultat est une fusion hypnotique. La musique est soudain brûlante comme un réacteur en fusion mais aussi apaisante qu’une énooorme bouffée de Weed verdoyante. Dans la peau d’un serpent à sonnette (« Rattlesnake ») ou dans un demi-sommeil (« Sleep Drifter »), les visions s’entrechoquent et se fracassent, puis c’est le grand barnum psychédélique. Un truc à faire pâlir de jalousie le roi lézard en personne, ce bon vieux Jim Morrison et ses indiens de foire.

Faut croire que King Gizzard & The Lizard Wizard, pris dans sa course infernale (une bonne dizaine d’albums en cinq ans), s’est transformé en l’un de ces Road Train typiquement australien avalant tout sur son passage. Phénoménal !

Lien Deezer

Toorsch’

Publicités

SONGS #2 LE MARCHÉ AUX PUCES

samedi, mars 18th, 2017 par Toorsch

blue-country-jpeg

LE MARCHÉ AUX PUCES ou l’ultime incarnation américaine de Joe Dassin

Il y a dans la longue discographie du plus américain des chanteurs français, un album oublié, un trésor caché. Son dernier, le bien nommé Blue Country. Nous sommes en 1979 et le chanteur de charme las de jouer les chanteurs de charme s’est remit à chanter les chansons qu’il aime réellement, des chansons profondément américaines. Ainsi, piochant dans le répertoire marécageux du conjuré Tony Joe White, l’adaptant en français ou le reprenant tel quel, dans la langue d‘Elvis, Joe Dassin s’offre un retour aux sources de première classe. Exit les bluettes, il est grand temps de faire parler la poudre. Comme dans un western qui prendrait place en Louisiane, la faune qui habite les chansons de Blue Country est au mieux atypique, au pire franchement barge, comme cette salope d’Anna Lee et son Shérif de père. Lire la suite »

THE FLYING SAUCERS SHOW #3

jeudi, mars 16th, 2017 par Toorsch

under-the-surface-of-metaluna

Les créatures de l’outre-espace sont donc là Junior. Les envahisseurs sont en ville et les forces de l’armée ne semblent pas pouvoir lutter. Les chars explosent de manière grotesque, les avions tombent du ciel comme de vulgaires jouets de papier et les hommes en uniformes, braves, périssent sous les lasers verts et orange. Vous observez la scène junior, caché derrière un rocher en contre-bas du chemin descendant de la colline. Fremont, Nebraska ne sera bientôt plus qu’une ruine, un souvenir. Vous assistez à cette scène épique avec un sentiment tenace de frustration qui fait se lever en vous une tempête. Mais que peut bien faire un enfant de dix ans dans pareilles conditions, vous le savez Junior, n’est-ce pas ? Vous mesurez le point de votre impuissance… Lire la suite »

GRANDADDY – Last Place – 2017

vendredi, mars 3rd, 2017 par Toorsch

last-place

Après dix ans, dix longues années d’une interminable attente Grandaddy est enfin de retour, et ça fait du bien. Parce que Grandaddy c’est quoi ? Pour les retardataires ou les perdreaux de l’année, il faut dire les choses, expliciter. Grandaddy c’est la dépression sur un clavier blanc, le sourire aussi devant un robot alcoolique. Grandaddy c’est de l’emphase maigrelette, de la pop skateboard bourrée de glitchs. Grandaddy c’est le son de Modesto, c’est la Californie anti-californienne. Grandaddy c’est simple, direct, mais toujours légèrement oblique. Grandaddy c’est beau et ça rend le monde plus beau. Savoir que Grandaddy refait un disque, toujours aussi cool, en 2017, à notre époque, moi ça me rend heureux. Voilà.

Lien Deezer

Toorsch’

%d blogueurs aiment cette page :