Archives de mai, 2017

THE BLACK ANGELS – Death Song – 2017

mercredi, mai 31st, 2017 par Toorsch

En un mot : Trump. Et quelque chose se brise. Moins de Sixties plus de déprime. Le grand barnum psychédélique s’effondre. Jamais le groupe n’avait sonné aussi noir, aussi profondément heurté. Death Song est un disque fort, oppressant et abouti, un disque en phase avec l’histoire de son pays. En embuscade. Témoin lugubre d’une époque dérangée. Et s’il demeure quelques enluminures acides par ci par là, elles ne sont plus le moteur principal. C’est dans la mort d’une certaine Amérique et dans la renaissance d’une autre que les anges noirs ont trouvé un nouveau souffle. Une souffle puissant comme une tempête.

Lien deezer

Toorsch’

TAJ MAHAL & KEB’ MO’ – TAJMO – 2017

jeudi, mai 25th, 2017 par Toorsch

Annoncée de longue date, cette rencontre s’est faite attendre. On sait le respect que ces deux grands noms du blues ont l’un pour l’autre. Que Taj Mahal est un mentor pour Keb’Mo’ (et pour beaucoup d’autres). On pouvait ainsi craindre un rapport de maître à élève, mais il n’en est rien. Chacun nourrit l’autre et le plaisir de jouer ensemble est palpable à tous les instants. Lire la suite »

ALLIGATOR BLUES

jeudi, mai 18th, 2017 par Toorsch

Il parait que l’alligator dort dans les bayous.

Il attend son heure.

Il sortira la nuit venue.

Il ira au croisement.

Se transformera.

En vieil homme.

Y rencontrera Robert Johnson.

La musique.

Le Club.

27.

Il parait que l’alligator dort dans les bayous.

Pour l’instant tout est calme.

Mais le vent se lève.

Conjurée.

Conjuré.

Hoodoo !!!

Hoodoo !!!

Hoodoo !!!

Il parait que l’alligator n’est plus dans les bayous.

Il est quelque part en ville.

Transformé en vieil homme.

Il offre des verres.

Il est généreux.

Et puis il prend.

La musique.

Le blues.

Le Club.

27.

Il parait que l’alligator n’est plus dans les bayous.

Une tornade se prépare.

On entend les hurlements du vent.

Conjurée.

Conjuré.

Hoodoo !!!

Hoodoo !!!

Hoodoo !!!

Inspiré par les histoires de Tony Joe White un soir de blues,
Toorsch'

										
				

Girma Bèyènè & Akalé Wubé – Mistakes On Purpose

samedi, mai 13th, 2017 par Toorsch

Légende de la musique Éthiopienne dans les années 70, puis exilé aux États-Unis, Girma Bèyènè n’a rien publié pendant près de trois décennies. Entre temps, l’homme est devenu pompiste au pays de l’Oncle Sam, la gloire n’ayant pas suivi son exile. Il a fallu attendre que le formidable label Ethiopiques l’amène en studio, secondé par le groupe d’Afro-beat Parisien Akalé Wubé, pour que le phénix renaisse enfin de ses cendres.

Résultat, feu à tous les étages, syncopes, groove et grande classe. La pochette semble annoncer un héros usé près pour un nouveau tour de piste et c’est exactement ce que le disque offre. De l’Éthio-jazz immensément beau, à la fois suave et incendiaire. Mistakes On Purpose se situe quelque part entre Afrique et Amérique du nord. Girma Bèyènè désormais septuagénaire est fait du même bois que ces vieux Bluesmen américains, cet ébène massif insensible aux tumultes du temps.

Lien Deezer

Toorsch’

WILLIE NELSON – God’s Problem Child – 2017

samedi, mai 6th, 2017 par Toorsch

Pour fêter dignement son anniversaire, 84 ans au compteur, l’infatigable Willie Nelson livre un chouette album country, son 61 ème, si l’on ne compte pas les collaborations diverses et nombreuses. Mais si ces chiffres sont impressionnants, ce ne sont que des chiffres. L’essentiel c’est la classe du bonhomme, sa voix, son jeu de guitare, son écriture, son commerce de weed et puis c’est le dernier des Outlaws, après lui, plus rien. Merle, Waylon, Johnny, tous sont partis, il n’y a guère que Kristofferson, en semi-retraite. Lire la suite »

MOON DUO – Occult Architecture vol 1&2

mercredi, mai 3rd, 2017 par Toorsch

Un premier opus en février et un second en mai. L’idée? Un gros trip psychédélique, en deux chapitres, allant des ténèbres vers la lumière. Comme pour le Kill Bill de Tarantino jadis au cinéma, le deuxième volet offre un regard neuf et permet de comprendre pleinement ce grand projet un peu fou. Dans le cas de Moon Duo il y a l’envie de pousser sa formule répétitive dans ses derniers retranchements.

Vol 1: Noirceur à tous les étages, chape de plomb synthétique et lame de rasoir. Vol 2: Radiation de lumière blanche, apaisement cotonneux et vice caché. C’est que même une fois passé l’enfer, le paradis du Duo Lunaire est perturbé par des pluies acides. Sans changer son buvard d’épaule, le groupe a su bonifier sa formule, n’ayant jamais peur de plonger la tête la première dans tous les pièges des albums conceptuels. Moins de chansons, plus de longueurs en somme. Sauf qu’ici, ça fonctionne, ça verse dans l’hypnotique, en particulier lors des interminables passages instrumentaux qui agissent comme autant de I-Doser, mais classieux, faut pas déconner !

Moon Duo sur Deezer

Toorsch’

%d blogueurs aiment cette page :