TALES FROM THE DARKSIDE

mercredi, octobre 11th, 2017 par Toorsch

Auteurs: Joe Hill et Gabriel Rodriguez

Editeurs: Milady/IDW

Longueur: 120 pages

Prix: 19,90 €

La vie est injuste. Les pires tragédies frappent les innocents les plus méritants. Les pires tragédies arrivent tous les jours.
Le Darkside est toujours là. Il attend que nous pénétrions sur ses terres, et que nous le laissions entrer en nous.
D’ici là, profitez bien de la lumière du jour. Tant qu’il est temps.
Fermez les yeux et faites un pas de côté. Sortez de la lumière. Ouvrez les yeux…
Ce que vous preniez pour la réalité a laissé la place à son versant trouble, le Darkside, une version sombre où le pire peut – doit – arriver.
Aurez-vous le courage de vous lancer dans l’exploration de ce nouveau monde ?

Dans un premier temps, Joe Hill fut contacté par le channel CW pour écrire une nouvelle version de Tales From The Darkside, l’anthologie horrifique initiée par George A. Romero dans les années 80. De cette aventure avortée pour la télévision, il ne reste que cette bande-dessinée et quelques regrets. D’autant que le gars avait des plans pour au moins trois saisons et que l’occasion était trop belle de rendre enfin hommage à Romero, mais aussi à son père. Ah oui, petit détail de taille Joe Hill est le fils d’un romancier assez connu, Stephen King, qui lui-même avait participé à la série originale… La belle boucle filiale que nous avons là !

Par chance IDW a racheté les droits des trois épisodes déjà écrits afin de les adapter en comics, réunissant de fait l’équipe créative de Locke & Key. LE chef-d’oeuvre de Joe Hill et Gabriel Rodriguez. Ce qui nous amène au gros point négatif de l’entreprise, l’héritage. Plus celui des auteurs eux-mêmes que celui de la série d’origine d’ailleurs. De par son format court, trois histoires sous la forme d’un One Shot, Tales From The Darkside ne peut en aucun cas prétendre pouvoir se hisser au niveau des merveilles passées. Bien dommage, car en tant que premier tome d’une anthologie, la chose aurait laisser présager du meilleur. C’est rondement mené, flippant et bizarre, incisif et mortel. Ce qui nous fait dire que décidément, les chiens ne font pas des chats, que les pommes ne tombent jamais bien loin de l’arbre ou que les asticots se régalent du même cadavre. Ce qui ne veut absolument rien dire.

Verdict: frustrant mais très bien, d’autant plus frustrant que très bien… Une belle lecture de saison cependant. « Régalez-vous de ces vestiges, bandes de goules sans âmes adeptes de chairs en putréfaction. »

Toorsch’

Publicités

Si tu veux, tu peux même laisser un commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :