ULTRATURBO La chronique ciné #3

dimanche, février 4th, 2018 par Toorsch

FOREST WARRIOR

Alors que l’Amérique n’était qu’une contrée sauvage où la nature régnait en maître, vivait un guerrier de race blanche, Mc Kenna, un homme habité par l’esprit des montagnes. En lui, le loup, l’ours et l’aigle cohabitaient dans l’harmonie… Une légende de plus ? Des siècles plus tard, Mc Kenna réapparaît comme par miracle. Sa mission : empêcher la destruction de sa forêt qu’un industriel sans scrupule s’apprête à raser.

Cette année, c’est décidé, nous allons enfin parler sérieusement de cinéma.

Chuck Norris met les pieds où il veut, et même lorsqu’il se transforme en aigle, c’est souvent dans la gueule. Chuck Norris est ressuscité par l’esprit des montagnes. Chuck Norris aide une bande de gamins accompagné d’un ourson ayant perdu sa maman. Etant aussi capable de se transformer en ours, quelque chose nous dit que le père de l’ourson n’est peut-être pas bien loin… n’est-ce pas monsieur Norris ? Notre bon Chuck sauve une jeune fille grâce au puissant esprit des montagnes, toujours lui, dans une scène qui ressemble à un réveil post GHB. Classe. En vrac, il arrête également une tronçonneuse à main nue, ce qui fera bien chier dans son froc ce taré de Leatherface, il se bat avec l’aide de ses amis rongeurs dont, je vous le donne en mille, un raton laveur, preuve que les Gardiens de la galaxie c’est du plagiat de Chuck, et à un moment il dit: Amen. Déjà, ça fait beaucoup de qualités pour un seul film, mais si vous ajoutez un méchant en Stetson totalement pété et des bûcherons possédés par le démon de la danse, vous tenez LE chef d’oeuvre capable de réinventer le divertissement.

Quant à la réalisation du film, elle est signée Aaron Norris, frère de. C’est assez émouvant de constater que malgré le Parkinson du frangin, ce brave Chuck lui laissa faire joujou avec la caméra. Et bordel, c’est à chialer un tel amour fraternel ! Cette chienne de vie pourra sortir son encre la plus noire, elle ne fera aucune rature dans le grand livre de l’existence des frangins Norris

Forest Warrior est clairement axé vers un jeune public, donc ça reste hyper safe et bourré d’humour cartoon façon Beethoven 12, le tout sous un vernis de téléfilm flou des années 90. Le film datant de 1996, nous ne lui ferons pas de faux procès sur ce dernier point. Vivement le blu-ray !

Verdict : Formidouble!

B.A Youtube

Toorsch’

Publicités

2 commentaires sur “ULTRATURBO La chronique ciné #3

  1. Et moi qui attend bêtement le dernier Wes Anderson! Merci de partager cette belle pépite qui doit être riche d’enseignements philosophiques.

Si tu veux, tu peux même laisser un commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :