JOHNNY

mercredi, décembre 27th, 2017 par Toorsch

JohNnY

Le cercueil blanc remonte la rue dans un vieux corbillard Mercedes, on enterre Johnny dans une île au soleil, une station balnéaire pour vieux riches. Il est mort et ça sonne faux, comme quelque chose de parfaitement impossible ! Il y avait des motos par centaines dans un Paris noir de monde, c’était à la fois ridicule et beau. Des larmes, des polémiques, des gens tristes, des simulateurs, des politiques, des anonymes, des motards, des snobs, des ouvriers, des cadres, des chômeurs, des sosies, des philosophes, des étrangers là par hasard, des pleurs devant des télévisons et puis des gens faisant tout autre chose.

Ailleurs un déserteur fuyant une dictature, ancien militaire d’état en exil sur un navire marchand Grec. Tu l’aurais aimé ce criminel, cet assassin. Il joue de la guitare sur le pont et du sang coule sur les cordes, il joue trop fort, à s’en flinguer les ongles. Il ne sait rien de la mort de Johnny, mais son blues résonne aussi. La mer porte les bateaux vers d’autres ports sur d’autres continents. Loin. Mais ni la mer, ni les continents et encore moins le blues ensanglanté d’une guitare quelque peu désaccordée ne protègent de la mort. Tu peux rêver encore, tu peux toujours rêver.

Toorsch’

Publicités

Joyeux Noël !

dimanche, décembre 24th, 2017 par Toorsch

A KRISTMESS KARÖL

///ACHTUNG/// Voilà le vieux dégueulasse chargé au gros rouge qui tâche ! Il débarque aux commandes de son Messerschmitt, la hotte pleine et le nez fluo, distribution de cadeaux et de bourre-pif. Il rêve en secret d’une France qui serait un peu plus Allemande, bien planqué dans son bunker 364 jours par an. Pas de lutins pour empaqueter les petits jouets, mais de vieux kepons nazis pétés à la 8.6. Son Pôle Nord c’est la ligne Maginot et la neige tombe sur les hauts fourneaux. Il débarque chez toi bourré à la vodka, s’il se sape en rouge, c’est avant tout politique, puissant comme Vladimir et aussi aérodynamique que Donald.

Appelle-le Dick HänZ, sous son cuir pleine fleur, Ebenezer, il passe comme un fantôme. Le passé, le présent, le futur, tout est flou, il accélère les particules avec des petites pilules. Les yeux cernés. Il aime quand tu lui dis: « Papa passe pas par là, il y a le feu dans la cheminée ». Je retire ça ! C’était nul, tellement nul, mais ça finit toujours ainsi, la gueule dans le caniveau et les cheveux dans la gerbe. Le 25 décembre au matin, le zinc brûle sous un halo de kérosène, la scène est belle, un feu d’enfer dans le froid de l’hiver. Un cerf passe sans brame ni bois et Papa a la gueule de bois. Il s’enfonce dans la poudreuse.

Une soucoupe volante travèrse le ciel avent d’aller se cracher sur le sol, Américain de préférence. Joyeux Noël.

Toorsch’

CHRISTMAS SONG5 #5

mercredi, décembre 20th, 2017 par Toorsch

5X I’LL BE HOME FOR CHRISTMAS

Je serai à la maison pour Noël, mais avant il faudra charger la Fiat 500 rouge comme un traîneau avec des cadeaux, de la bonne bouffe, des chats et des humains. Peut-être braver la neige, le blizzard et qui sait, l’apocalypse des saturnales. Mais je serai à la maison pour Noël, tu peux compter sur moi, bien au chaud près du sapin enguirlandé, vêtu d’un horrible pull de Noël qui gratte un peu, sirotant un whisky. Je serai là pour Noël, même en rêve.

Du beau monde encore et toujours pour rendre grâce à cette sublime petite mélodie qui réchauffe les cœurs frigorifiés. Dans l’ordre, les Beach Boys, Bob Dylan, Elvis Presley, Sufjan Stevens et enfin Tony Bennett accompagné par le Count Basie Big Band. De l’harmonieux, de l’enraillé, de l’insurpassable, de l’onirique et du Jazzy.

  1. THE BEACH BOYS
  2. BOB DYLAN
  3. ELVIS PRESLEY
  4. SUFJAN STEVENS
  5. TONNY BENNETT & THE COUNT BASIE BIG BAND

Lien Deezer

Toorsch’

CHRISTMAS SONG5 #4

samedi, décembre 16th, 2017 par Toorsch

5X BLUE CHRISTMAS

Enregistré originellement en 1948 par Doye O’Dell, le morceau « Blue Christmas » est un autre de ces indispensables pour Christmas Records, souvent interprété sur un mode Blues, il est le tire-larmes par excellence. Une ballade mélancolique pour Noël solitaire en somme.

Nous trouverons ici du classique, que dis-je du légendaire, avec la paire que forment Elvis Presley et Johnny Cash, tous deux parfaits dans leurs domaines respectifs. Mais aussi des choses plus récentes, très dépouillé chez les Lumineers et carrément onirique chez la splendide Nicole Atkins. Enfin, le (volontairement) récurrent Brian Setzer dynamite la version du King à grand renfort de Gretsch saturée pour un final en apothéose. De quoi soigner son blues de Noël ou simplement chialer dans sa bière.

  1. ELVIS PRESLEY
  2. THE LUMINEERS
  3. JOHNNY CASH
  4. NICOLE ATKINS
  5. THE BRIAN SETZER ORCHESTRA

Playlist Deezer

Toorsch’

CHRISTMAS SONG5 #3

mercredi, décembre 13th, 2017 par Toorsch

5X LET IT SNOW ! LET IT SNOW ! LET IT SNOW !

Les années quarante sont visiblement riches en classiques de saison, pour la troisième fois consécutive c’est dans cette décennie que nous puisons notre inspiration pour cette rubrique éphémère. Initialement écrite en 1945 par Sammy Cahn et Jule Styne, la chanson « Let It Snow ! Let It Snow ! Let It Snow ! » marqua la mémoire collective via Dean Martin et sa version easy listening de 1959, une franche réussite. Au même titre que le « White Christmas » de Bing Crosby, elle fait partie des immuables du réveillon, avec une petite particularité, le mot « Christmas » n’y est nullement prononcé.

Joli casting encore, dans l’ordre, Aaron Neville, Frank Sinatra, Diana Krall accompagnée par le Clayton-Hamilton Jazz Orchestra et enfin, l’indéboulonnable Brian Setzer.

  1. DEAN MARTIN
  2. AARON NEVILLE
  3. FRANCK SINATRA & THE B. SAWNSON QUARTET
  4. DIANA KRALL & THE CLAYTON-HAMILTON JAZZ ORCHESTRA
  5. THE BRIAN SETZER ORCHESTRA

Playlist Deezer

Toorsch’

GASPARD ROYANT ’17

dimanche, décembre 10th, 2017 par Toorsch

GASPARD ROYANTWishing You A Merry Christmas

L’album de Noël est un passage obligé chez les Ricains, ils l’ont tous fait, de Phil Spector à Elvis Presley en passant par les Beach Boys, et ça continue avec Sia, She & Him, Sufjan Stevens, bref, c’est une tradition qui ne semble pas prête de s’essouffler. En France, nous avons surtout Tino Rossi et pas grand chose d’autre, Dick Rivers avait un projet de disque de Noël, mais de son propre aveu, en Français ça ne sonne pas très bien et bascule vite dans les bondieuseries, donc point de réjouissance neigeuse de la part du Niçois. Lire la suite »

CHRISTMAS SONG5 #2

vendredi, décembre 8th, 2017 par Toorsch

5X WHITE CHRISTMAS

Classique parmi les classiques, « White Christmas » fut également écrit durant les années quarante, d’une main de maître par le grand Irving Berlin. La première version est celle de Bing Crosby, elle figure bien entendu dans cette sélection. Comment faire sans ? C’est une merveille aux doux parfums de chocolat chaud, de pain d’épices et de neige fraîche.

Nous croiserons ensuite les superbes Otis Redding et Sharon Jones, pour deux versions Soul très différentes, suave pour la première, pétaradante pour la seconde. Mais déjà, le Frenchy Gaspard Royant se trouve en embuscade avec une récente interprétation bouleversante de beauté. Enfin, last but not least, Brian Setzer et son orchestre pour une formidable relecture double.

Bonus: Suprême de sensualité avec l’adaptation en français dans le texte de Brigitte.

  1. BING CROSBY
  2. OTIS REDDING
  3. SHARON JONES & THE DAP KINGS
  4. GASPARD ROYANT
  5. THE BRIAN SETZER ORCHESTRA
  6. BRIGITTE (Bonus)

Playlist Deezer

Toorsch’

CHRISTMAS SONG5

jeudi, décembre 7th, 2017 par Toorsch

5X BABY IT’S COLD OUTSIDE

Écrite par Frank Loesser en 1944, cette chanson est un classique du répertoire contemporain des fêtes de fin d’année. Propice au duo, de préférence jazzy, « Baby It’s Cold Outside » donne des envies de feu de cheminée, de bon vin et de charmante compagnie. Quoi de mieux comme excuse que d’être prisonniers du blizzard pour passer Noël sous la couette, bien au chaud ?

Comme beaucoup de chansons de ce genre, « Baby It’s Cold Outside » eut droit à son lot de reprises souvent très inspirées. Difficile alors d’établir une liste exhaustive, mais qu’importe la sélection qui suit n’est que bonheur, douceur et chaleur au sein du froid mordant de l’hiver.

  1. WILLIE NELSON & NORAH JONES
  2. BRIAN SETZER & ANN-MARGRET
  3. SHE & HIM
  4. CEE LO GREEN & CHRISTINA AGUILERA
  5. ELLA FITZGERALD & LOUIS JORDAN

Playlist Deezer

Toorsch’

LAVILLIERS ’08

lundi, décembre 4th, 2017 par Toorsch

BERNARD LAVILLIERS – Samedi soir à Beyrouth – 2008

Entre Kingston et Memphis il y a Beyrouth. Les vibrations profondes et rebelles du reggae et les cuivres de la soul. Lavilliers fabrique un pont d’or entre Tuff Gong et Stax, il coule le béton comme un mafieux italien dans le New Jersey. Il fait monter la sauce à sa manière, il assimile les styles pour en tirer un jus épais, alcool exotique des poètes. « Rafales » de basses rondes, de rêves anarchistes et d’histoires de marins douteux, douteuses histoires de marins de comptoir(s). Et puis Beyrouth un samedi soir, des voitures blindées, des femmes voilées, c’est la guerre toujours. Le reggae plombé, mêlé d’arabesques légères, retranscrit parfaitement ce climat délétère. Les volutes de fumée de douteuses cigarettes roulées grimpent au plus haut pour mieux déchirer le ciel.

Quelques tropiques ensuite, Hugo Chavez, Miami et toujours cette classe ultime du voyageur curieux, du poète observateur et engagé. Celui qui chantait les mains d’or, les barbares, les travailleurs de Saint-Etienne ou de la vallée de la Fensch, gueules d’aciers brûlées par le métal en fusion, n’oublie pas ses racines ouvrières et se paye ceux qui ont privatisé le travail.

Samedi soir à Beyrouth, du grand Lavilliers, du Lavilliers quoi..

Toorsch’

Alice Cooper gravé sur le mur de la chapelle

dimanche, décembre 3rd, 2017 par Toorsch

Alice Cooper gravé sur le mur de la chapelle

Sur le mur de la chapelle du village de mon enfance, quelqu’un a gravé au couteau dans la pierre un étrange nom, Alice Cooper. Nous étions mômes et pas vraiment larges d’épaules, nous étions juste une bande d’amis, mais dans la naïveté de l’enfance tout est prétexte à l’aventure. Alors ce nom gravé dans la pierre d’une chapelle aux portes verrouillées avait tout pour devenir un fantasme. Une sorcière anglaise, un fantôme tueur, une créature chimérique ? Chacun y allait de sa petite histoire, de son hypothèse farfelue, tentant de convaincre les autres en invoquant une quelconque caution adulte. Lire la suite »

%d blogueurs aiment cette page :