Archives du tag ‘1976

La Reprise dominicale #26

dimanche, août 6th, 2017 par Toorsch

RY COODER – STAND BY ME – 1976

Je l’ai déjà écrit dans ces colonnes, Ry Cooder est un trésor, un archiviste doublé d’un musicien du monde, il a su, au travers de son oeuvre, créer des ponts aux quatre coins du territoire connu. C’est aussi un guitariste génial, capable de se la jouer héros de la six cordes, mais l’homme est humble et met son talent au profit de l’effort collectif, sans tirer la couverture à lui. Bref Ryland Peter Cooder est un bon gars. Pour mieux vous situer la classe de bonhomme, voici un petit rappel des faits, très jeune il a joué avec Taj Mahal et Captain Beefheart, il a appris les bases de l’open tuning à Keith Richards et sa guitare slide traîne sur plusieurs enregistrements des Stones, il a aussi produit le Buena Vista Social Club faisant ainsi découvrir la splendide musique cubaine au grand public. Liste non-exhaustive bien sûr.

Ecoutez l’accordéon de Flaco Jimenez se balader avec grâce, apportant une délicieuse touche Tex-Mex. Et les chœurs Deep Soul, entendez ça ! Et enfin le reste ! Quel frisson ! Probablement la plus belle version de « Stand By Me » avec l’originale de Ben E. King. Exit la ligne de basse novatrice qui était pourtant la signature du morceau, place au sud dans toute sa splendeur, chaud, excessif, beau et romantique. Un divorce à la mexicaine que cette relecture définitivement parfaite.

Lien Deezer

Toorsch’

Publicités

PATRICK VIAN – Bruits et temps analogues – 1976

dimanche, septembre 18th, 2016 par Toorsch

vian

Bruits et temps analogues dans la Tangerine, rien de Neu! sous la lune. Eh Boris! Il y a ton fils qui déconne. Il lui faut une centrale électrique pour faire fonctionner ses séquenceurs. Il a croisé Faust une nuit d’équinoxe à Düsseldorf. Lire la suite »

ELVIS PRESLEY – Way Down (In The Jungle Room) – 2016

dimanche, septembre 11th, 2016 par Toorsch

elvis-way-down-in-the-jungle-room-cover-artwork

Février 1976. Le camion rouge frappé du logo blanc de la RCA est stationné dans l’arrière cour de Graceland. C’est Felton Jarvis, fidèle complice du King et co-producteur des sessions, qui a conduit ce studio mobile dernier cri de New-York à Memphis. Pour l’occasion la fameuse Jungle Room a été transformée en Home Studio, tous les musiciens jouent dans la même pièce, en direct, pas de cloisons, pas de prises séparées et le chanteur au milieu. Comme dans les années 50 en somme, le confort en plus. Lire la suite »

MA VIE EN MONO #8: Michel Sardou

lundi, juillet 18th, 2016 par Toorsch

Michel_Sardou

Michel Sardou, chanteur de droite

En préambule, je me dois de préciser que je n’ai rien contre Michel Sardou, je ne dis pas non plus que je me fais le répertoire du gars toutes les semaines, ni même tous les mois, pas plus tous les ans, jamais en fait. Mais j’admets volontiers que le type est un cador de la variété bien de chez nous, et que sa carrière est jalonnée de grandes chansons, des sommets du genre quoi. Et quitte à morfler, je préfère mille fois me taper l’intégrale de Michmich que la simple introduction d’une chanson de Christophe Maé. Mais là n’est pas le sujet. Lire la suite »

SUMMERTIME NOIZE #5: SOMEWHERE IN TEJAS

dimanche, juillet 17th, 2016 par Toorsch

tejas

ZZ TOP – Tejas – 1976

Cinquième album du trio (pas encore) le plus barbu de la planète, Tejas est leur disque le plus chaud, l’un des plus mésestimés également. Il faut dire qu’entre celui-ci et ses prédécesseurs, il y a comme une rupture dans le continuum. Sans pour autant virer sa cuti pour draguer MTV (il faudra encore attendre quelques années pour ça et accessoirement la création de la chaîne), le combo s’affirme et s’affine.

Si le son est moins gras qu’il l’était sur, au hasard, Tres Hombres, les compositions sont, elles, plus variées et transpirent un peu plus aussi. Bien entendu, il reste des boogies bien graisseux, la spécialité maison, mais l’âme du disque est ailleurs. Dans « El Diablo » crachant son blues psyché et vénéneux, dans « She’s A Heartbreaker » avec sa country hillbilly en équilibre précaire, mais surtout dans « Asleep In The Desert », l’instrumental qui referme l’album, une perle aride que n’aurait pas renié Ry Cooder. Quand Billy Gibbons se fait léger comme un souffle chaud…

Le morceau qui tue: « Asleep In The Desert ».

Lien Deezer

Toorsch’

A Sonic Space Travel

lundi, février 22nd, 2016 par Toorsch

alpha

Transmission # 21242369

Action______Étude thématique

Sous Action___Créations sonores 

Chargement en cours…

Deux œuvres, une thématique et près de trois décennies les séparant. L’idée n’est pas de les opposer sur des critères esthétiques ou qualitatifs, mais bien d’en saisir les points communs, la filiation, l’héritage.
Lire la suite »

%d blogueurs aiment cette page :