Archives du tag ‘2017

FLEET FOXES – Crack-Up – 2017

vendredi, juin 23rd, 2017 par Toorsch

Fleet Foxes revient parmi les vivants tel un phénix que l’on croyait bel et bien éteint. Six années se sont écoulées depuis Helplessness Blues et cela se ressent. Crack-Up est moins accessible, moins immédiat, il infuse lentement avant de se déployer au fur et à mesure des écoutes successives. Les mélodies jadis si limpides sont ici plus timides, moins juvéniles, plus secrètes mais aussi plus amples. Elles sont comme des voiles gonflées par le vent, claquant et dansant sous un ciel gris-noir. L’élément liquide semble d’ailleurs être au cœur de cette oeuvre-océan vaste et souvent démontée. A l’image de la photo de l’artiste Hiroshi Hamaya qui orne sa pochette.

Lien Deezer

Toorsch’

LA CASSETTE A MITCH

jeudi, juin 8th, 2017 par Toorsch

THE MITCH BUCHANNON’S ∞ SUMMER FESTIVAL

Cette compilation va enfin répondre à la question susceptible d’apporter la lumière et la paix sur ce monde en proie aux doutes. Cette question taboue mais néanmoins cruciale : « Mais c’est quoi qu’il y a donc dans le walkman cassette du plus sexy des sauveteurs de Malibu ? » Sans doute de quoi passer pour un dieu (au corps oint par de l’huile solaire protection 12 000) aux abords des piscines municipales durant la saison estivale. Mais sachez qu’il ne peut rester qu’un seul vrai survivant à l’enfer de l’été ! Lire la suite »

ENDLESS BOOGIE – Vibe Killer – 2017

mardi, juin 6th, 2017 par Toorsch

Avec Vibe Killer, les New-Yorkais d’Endless Boogie creusent toujours un peu plus le sillon monolithique déjà pas mal labouré par John Lee Hooker. Digressions sans fin sur fond de guitares moites et rythmique kaputt motorik/opiacée/hypnotique/places ici ta propre divagation. Un peu comme si, quelque part dans le désert, Don Van Vliet avait fusionné avec le Healer lors d’une cérémonie franchement louche. Alors forcément le fils bâtard a une sale gueule, mais il connaît le blues sans fin, l’accord joué et rejoué à l’infini. Le son chamanique véritable. Celui dont l’écho naît pile au croisement, entre deux traces laissées par des crotales dans le sable chaud. Si chaud que le diable lui-même n’y foutrait pas les pieds.

Lien Deezer

Toorsch’

TAJ MAHAL & KEB’ MO’ – TAJMO – 2017

jeudi, mai 25th, 2017 par Toorsch

Annoncée de longue date, cette rencontre s’est faite attendre. On sait le respect que ces deux grands noms du blues ont l’un pour l’autre. Que Taj Mahal est un mentor pour Keb’Mo’ (et pour beaucoup d’autres). On pouvait ainsi craindre un rapport de maître à élève, mais il n’en est rien. Chacun nourrit l’autre et le plaisir de jouer ensemble est palpable à tous les instants. Lire la suite »

Girma Bèyènè & Akalé Wubé – Mistakes On Purpose

samedi, mai 13th, 2017 par Toorsch

Légende de la musique Éthiopienne dans les années 70, puis exilé aux États-Unis, Girma Bèyènè n’a rien publié pendant près de trois décennies. Entre temps, l’homme est devenu pompiste au pays de l’Oncle Sam, la gloire n’ayant pas suivi son exile. Il a fallu attendre que le formidable label Ethiopiques l’amène en studio, secondé par le groupe d’Afro-beat Parisien Akalé Wubé, pour que le phénix renaisse enfin de ses cendres.

Résultat, feu à tous les étages, syncopes, groove et grande classe. La pochette semble annoncer un héros usé près pour un nouveau tour de piste et c’est exactement ce que le disque offre. De l’Éthio-jazz immensément beau, à la fois suave et incendiaire. Mistakes On Purpose se situe quelque part entre Afrique et Amérique du nord. Girma Bèyènè désormais septuagénaire est fait du même bois que ces vieux Bluesmen américains, cet ébène massif insensible aux tumultes du temps.

Lien Deezer

Toorsch’

MOON DUO – Occult Architecture vol 1&2

mercredi, mai 3rd, 2017 par Toorsch

Un premier opus en février et un second en mai. L’idée? Un gros trip psychédélique, en deux chapitres, allant des ténèbres vers la lumière. Comme pour le Kill Bill de Tarantino jadis au cinéma, le deuxième volet offre un regard neuf et permet de comprendre pleinement ce grand projet un peu fou. Dans le cas de Moon Duo il y a l’envie de pousser sa formule répétitive dans ses derniers retranchements.

Vol 1: Noirceur à tous les étages, chape de plomb synthétique et lame de rasoir. Vol 2: Radiation de lumière blanche, apaisement cotonneux et vice caché. C’est que même une fois passé l’enfer, le paradis du Duo Lunaire est perturbé par des pluies acides. Sans changer son buvard d’épaule, le groupe a su bonifier sa formule, n’ayant jamais peur de plonger la tête la première dans tous les pièges des albums conceptuels. Moins de chansons, plus de longueurs en somme. Sauf qu’ici, ça fonctionne, ça verse dans l’hypnotique, en particulier lors des interminables passages instrumentaux qui agissent comme autant de I-Doser, mais classieux, faut pas déconner !

Moon Duo sur Deezer

Toorsch’

KING GIZZARD AND THE LIZARD WIZARD – 2017

lundi, mars 20th, 2017 par Toorsch

FLYING MICROTONAL BANANA

Un voyage vers une autre dimension sonore, entre les interstices du clavier, dans les micros-intervalles. Psychotropes de chamanes toxiques et venin de serpent. Flying Microtonal Banana ne ressemble à rien d’autre, zigzagant entre le jazz, le rock garage, le krautrock, la musique orientale et quelques éthiopiennes. Le résultat est une fusion hypnotique. La musique est soudain brûlante comme un réacteur en fusion mais aussi apaisante qu’une énooorme bouffée de Weed verdoyante. Dans la peau d’un serpent à sonnette (« Rattlesnake ») ou dans un demi-sommeil (« Sleep Drifter »), les visions s’entrechoquent et se fracassent, puis c’est le grand barnum psychédélique. Un truc à faire pâlir de jalousie le roi lézard en personne, ce bon vieux Jim Morrison et ses indiens de foire.

Faut croire que King Gizzard & The Lizard Wizard, pris dans sa course infernale (une bonne dizaine d’albums en cinq ans), s’est transformé en l’un de ces Road Train typiquement australien avalant tout sur son passage. Phénoménal !

Lien Deezer

Toorsch’

GRANDADDY – Last Place – 2017

vendredi, mars 3rd, 2017 par Toorsch

last-place

Après dix ans, dix longues années d’une interminable attente Grandaddy est enfin de retour, et ça fait du bien. Parce que Grandaddy c’est quoi ? Pour les retardataires ou les perdreaux de l’année, il faut dire les choses, expliciter. Grandaddy c’est la dépression sur un clavier blanc, le sourire aussi devant un robot alcoolique. Grandaddy c’est de l’emphase maigrelette, de la pop skateboard bourrée de glitchs. Grandaddy c’est le son de Modesto, c’est la Californie anti-californienne. Grandaddy c’est simple, direct, mais toujours légèrement oblique. Grandaddy c’est beau et ça rend le monde plus beau. Savoir que Grandaddy refait un disque, toujours aussi cool, en 2017, à notre époque, moi ça me rend heureux. Voilà.

Lien Deezer

Toorsch’

%d blogueurs aiment cette page :