Archives du tag ‘Canned Heat

ENDLESS BOOGIE CHILLEN

lundi, septembre 4th, 2017 par Toorsch

Psychédélisme nature, transe rurale, interminable accord, fin de saison. Pour une agonie d’été relax, à l’ombre des dernières feuilles, en hamac ascensionnel et flemme intentionnelle. Loin des canicules imbéciles, le réchauffement climatique tranquille. Essaim de scorpions dans les veines, nectar houblonné dans la gorge. John Lee en chaman noir profond. Noir profond, noir profond, noir profond…

1 KING GIZZARD & THE LIZARD WIZARD The Bitter Boogie

2 CANNED HEAT Fried Hockey Boogie

3 ENDLESS BOOGIE Vibe Killer

4 JOHN LEE HOOKER Endless Boogie Parts 27 & 28

5 ZZ TOP La Grange

6 JOHN LEE HOOKER & CANNED HEAT Boogie Chillen No. 2

7 JUNIOR WELLS & BUDDY GUY Boogie Chillen

Playlist Deezer

Toorsch’

Publicités

BLUES BLUES BLUES AND SOUL! Part IX

jeudi, novembre 5th, 2015 par Toorsch

Blues

LATE 60’S COSMIC BLUES

Des profondeurs du bayou jusqu’aux confins du cosmos en passant par Frisco, Soul Francisco. Nous sommes à la toute fin des sixties, et les vibrations venues d’Albion ont fait (re)découvrir aux ricains le seul véritable or noir: le blues. Il aura donc fallu que de British petits blancs (on y reviendra pour sûr) fassent le travail. L’histoire prend parfois de biens étranges détours… Mais qu’importe, les disciples de Johnson, McTell, Hooker, Waters (on y reviendra aussi, un peu de patience) sont dans la place, bien décidés à faire tomber toutes les barrières.  Lire la suite »

ENDLESS BOOGIE – Long Island – 2013

mercredi, décembre 17th, 2014 par Toorsch

endless

Peu d’informations circulent sur Endless Boogie. Selon certaines sources, Long Island serait leur cinquième album, mais selon d’autres, il ne serait que le troisième. De plus, l’absence de page wikipédia et de site internet n’arrange rien. Une affaire bien brumeuse en somme, en parfaite adéquation avec ce blues brutal et psychédélique que distille Endless Boogie. A ce propos, rarement un blase de groupe n’aura autant collé à sa musique, car c’est bien de boogie sans fin dont il sera question tout au long des quelques 80 minutes que dure ce disque. Lire la suite »

%d blogueurs aiment cette page :