Archives du tag ‘Nouvelle

Alice Cooper gravé sur le mur de la chapelle

dimanche, décembre 3rd, 2017 par Toorsch

Alice Cooper gravé sur le mur de la chapelle

Sur le mur de la chapelle du village de mon enfance, quelqu’un a gravé au couteau dans la pierre un étrange nom, Alice Cooper. Nous étions mômes et pas vraiment larges d’épaules, nous étions juste une bande d’amis, mais dans la naïveté de l’enfance tout est prétexte à l’aventure. Alors ce nom gravé dans la pierre d’une chapelle aux portes verrouillées avait tout pour devenir un fantasme. Une sorcière anglaise, un fantôme tueur, une créature chimérique ? Chacun y allait de sa petite histoire, de son hypothèse farfelue, tentant de convaincre les autres en invoquant une quelconque caution adulte. Lire la suite »

Publicités

PACER X

samedi, octobre 21st, 2017 par Toorsch

pAceR X

Nous brûlons tous d’un feu provisoire, c’est ainsi, prétendre le contraire serait bien prétentieux de ma part. D’autant plus que je conduis sur cette route côtière et sinueuse depuis des heures au volant d’une AMC Pacer X de 1977 franchement fatiguée. Le jour décline, l’astre de feu semble vouloir plonger dans l’océan pour enfin se rafraîchir un peu, comme nous plongeons dans un bain après une journée trop chaude. A chaque virage, les tremblements venant du volant sonnent comme autant de mises en garde, ils semblent vouloir m’avertir que quelque chose dans la direction va se détacher et que la voiture passera par dessus la barrière de sécurité pour plonger elle aussi dans l’océan. Je sais que ça n’arrivera pas et ce même si je lâchais le volant en pleine courbe. J’ai l’impression d’être sur la route depuis des mois, je voulais juste rentrer à la maison, mais c’est un long voyage. Il y a toujours une embûche ou un événement en apparence anodin pour faire dévier ma course, pour m’éloigner chaque fois un peu plus de chez moi. Assis derrière le volant, le capot jaune pâle de l’auto fixant la route comme un chien policier flairant une piste, je me laisse porter. Comprenez bien, c’est la voiture qui me porte, c’est elle qui m’amène à prendre conscience du monde qui m’entoure, c’est elle encore qui décide du point de chute. Lire la suite »

LA LÉGENDE DE CHOOLO

lundi, août 14th, 2017 par Toorsch

Préface

Je m’appelle Stephen Hatecroft, mais ça vous le savez sans doute déjà puisque vous tenez entre les mains ce qui devait être mon nouveau roman, La Légende de Choolo. Autant rompre le suspense tout de suite, ce qui n’est pas dans mes habitudes, celui-ci ne verra probablement jamais le jour. Vous n’êtes pas sans savoir, si vous avez suivi les dernières actualités concernant l’édition artistique, que désormais chaque auteur de fiction est soumis à un nombre limité de mots, valant pour l’intégralité de sa carrière, tous supports confondus. Une sorte d’obsolescence programmée permettant le renouvellement des auteurs et théoriquement des idées. Lire la suite »

SKULLRINGER – Double Feature

jeudi, décembre 22nd, 2016 par Toorsch

sk-double

L’homme que vous voyez accoudé sur le zinc du comptoir n’est pas un individu ordinaire. Il a beau se fondre dans le décor, ici dans ce rade du vieux sud, avec son Stetson noir cerclé d’un bandeau rouge sur lequel est fixé un crâne en argent, ses boots en croco, son blue jean délavé semblant avoir au minimum cent ans, sa barbe de trois semaines et son t-shirt Black Sabbath, il n’empêche que J.R Ringer, plus connu sous le nom de Skullringer, a tellement flirté avec l’enfer qu’il appelle le diable par son prénom. Beaucoup pensent que ce vieux gars raconte des bobards dès qu’il a trois bières dans le pif, ses histoires ont toujours pour thème le combat du bien contre le mal, avec comme références des créatures mythiques, plus précisément des vampires. Mais si ça fait marrer les compagnons de beuveries, ça ne pisse pas bien loin non plus; pourtant quand J.R raconte ses histoires épiques de son souffle éthylique, il y croit. Il y croit d’autant plus qu’il ajoute souvent au liquide houblonné une bonne dose d’herbe bien grasse de son cru qu’il nomme la Skullskunk. Sacré J.R, les jeunes du coin l’adorent comme on aime un oncle un peu alcoolo, mais personne, même les plus sceptiques, qui souvent ricanent dans leur coin, n’irait mettre sa parole en doute. Car Skullringer, c’est le mec balèze, capable de te mettre k.o. avec un unique taquet dans la tronche tout en assénant une punchline bien sentie qui viendra parfaire l’humiliation. Alors dans le rade, on l’écoute et parfois même on y croit. Lire la suite »

SKULLRINGER #Zwei

vendredi, décembre 16th, 2016 par Toorsch

skullringer-img-2

Six mois ont passé depuis que Ronald Tramp, le président des Etats-Unis a été aspiré à l’intérieur d’un trou noir provoqué par des nano-bombes à antimatière. Depuis, le pays est dirigé par une version robotique de ce dernier, logiquement nommée The Tramp’s Mecha Tramp. Ce double de métal intégralement recouvert d’or réplique le plus fidèlement possible l’apparence et le caractère de l’ex-président. Sa femme Mélomia ne s’en plaint d’ailleurs pas, les ingénieurs ayant été plutôt généreux quant aux dimensions de l’engin de l’engin, seule et unique entorse à la réalité. Mais depuis quelques temps, rien ne va plus au pays de l’oncle Sam, The Tramp’s Mecha Tramp semble rencontrer des gros soucis de fonctionnement. Il s’est récemment séparé de l’intégralité de son gouvernement pour le remplacer exclusivement par des personnalités influentes du Klan, avant de multiplier les déclarations douteuses sur le troisième Reich. La vérité c’est que le Klan a piraté cette merveille de la technologie au firewall défaillant qu’est The Tramp’s Mecha Tramp ! Pour ce faire, les hackers ont simplement pénétré le système mémoire de la machine afin d’y télécharger une timeline alternative dans laquelle les nazis sont devenus les plus fidèles alliés des Etats-Unis et les vampires la race dominante sur terre. Un plan diaboliquement parfait qui devrait aboutir sous peu à l’anéantissement de l’espèce humaine, mais une donnée manque à l’équation. Elle se trouve actuellement quelque part dans un bordel en Louisiane… Lire la suite »

La vis – Sadaya – 2013

samedi, avril 5th, 2014 par sad1aya

sept13 002

Hector fixait depuis un long moment déjà la planche posée devant lui. La perceuse pesait lourdement au bout de son bras, mais il ne semblait pas remarquer la faiblesse de sa main qui subissait quelques tiraillements et douleurs musculaires. Rien d’autre n’attirait son attention que cette planche posée devant lui. La première du tas qu’il avait acheté la veille au soir, dans un dépôt de bricolage, afin de construire une palissade qui séparerait son petit jardin de celui de son idiot de voisin. Il avait pris soin d’examiner chacune des cinquante planches qu’il avait acheté, rejetant celles avec les plus gros noeuds dans le bois, et tâchant d’éviter que le grossiste ne lui refile des planches déjà utilisées. Il avait pris du temps à scruter chaque centimètre carré, n’ayant que faire des soupirs exaspérés du manutentionnaire appelé pour l’aider à entrer le chargement dans sa camionnette, et il partit en ignorant le teint rougeaud du grossiste énervé et les critiques qu’il laissait derrière lui. Sa clôture serait superbe; au-delà de son utilité de délimitation, elle serait aussi un ornement pour son terrain, un supplément de qualité et de beauté à son jardinage minutieux et ordonné. Toute la soirée, Hector avait préparé des plans de construction, et étudié la meilleure manière de procéder. Quelques heures seraient nécessaires, et si tout se déroulait bien, au cours de l’après-midi, il n’aurait plus à subir la vision du jardin en friche de son incapable et fainéant voisin. Il s’était couché avec un sourire satisfait, après avoir préparé les outils nécessaires sur son établi. Lire la suite »

WAR 2.0 – Toorsch’ – 2013

samedi, mars 22nd, 2014 par Toorsch

18 Mai

La lettre est arrivée ce matin, par porteur, avec accusé de réception et tout le cérémonial bureaucratique étant lié. Un beau papier au fort grammage, avec en haut à droite, le logo rebutant de l’ordre mondial. Un aigle entouré d’une banderole dorée marquée d’un définitif « Liberté et Paix ». Cela semble émaner d’un autre temps à l’heure du tout dématérialisé, comme pour mieux souligner le caractère outrageusement officiel de la chose. Lui ne sourit pas, car tant de simagrées sont rarement annonciatrices de nouvelles réjouissantes. Lire la suite »

%d blogueurs aiment cette page :