Archives du tag ‘sf

PACER X

samedi, octobre 21st, 2017 par Toorsch

pAceR X

Nous brûlons tous d’un feu provisoire, c’est ainsi, prétendre le contraire serait bien prétentieux de ma part. D’autant plus que je conduis sur cette route côtière et sinueuse depuis des heures au volant d’une AMC Pacer X de 1977 franchement fatiguée. Le jour décline, l’astre de feu semble vouloir plonger dans l’océan pour enfin se rafraîchir un peu, comme nous plongeons dans un bain après une journée trop chaude. A chaque virage, les tremblements venant du volant sonnent comme autant de mises en garde, ils semblent vouloir m’avertir que quelque chose dans la direction va se détacher et que la voiture passera par dessus la barrière de sécurité pour plonger elle aussi dans l’océan. Je sais que ça n’arrivera pas et ce même si je lâchais le volant en pleine courbe. J’ai l’impression d’être sur la route depuis des mois, je voulais juste rentrer à la maison, mais c’est un long voyage. Il y a toujours une embûche ou un événement en apparence anodin pour faire dévier ma course, pour m’éloigner chaque fois un peu plus de chez moi. Assis derrière le volant, le capot jaune pâle de l’auto fixant la route comme un chien policier flairant une piste, je me laisse porter. Comprenez bien, c’est la voiture qui me porte, c’est elle qui m’amène à prendre conscience du monde qui m’entoure, c’est elle encore qui décide du point de chute. Lire la suite »

Publicités

THE FLYING SAUCERS SHOW #2

dimanche, février 26th, 2017 par Toorsch

flying-saucers1

Une fois arrivé sur les lieux du crash, un frisson d’excitation parcourt votre corps, Junior ! Il est là, juste devant vous, le vaisseau venu d’un autre monde ! Planté dans la terre aride des collines de Fremont, Nebraska. Mais votre excitation hébétée sera de courte durée, car vous constatez vite que le lisse véhicule spatiale est éventré, vidé de ses occupants. Vous regardez frénétiquement tout autour de vous, au travers du maigre faisceau de lumière tremblotant projeté par votre lampe torche. L’atroce réalité vous saisit soudain de toute son ironie, vous n’êtes qu’un enfant de dix ans, seul dans les collines, sans la moindre défense face à des créatures potentiellement hostiles. Vous avez été bien trop curieux, vous le savez maintenant, n’est-ce pas Junior ? Alors vous agrippez votre lance-pierre comme un ultime rempart contre la peur insidieuse et tenace. Vous l’agrippez si fortement que votre main droite devient blanche sous la pression. Lire la suite »

THE FLYING SAUCERS SHOW #1

vendredi, février 3rd, 2017 par Toorsch

forbidden-planet-still1

Vous êtes John Junior Watson, un enfant de 10 ans puni par ses parents. Vous avez été envoyé dans votre chambre. La nuit estivale est chaude ce 7 juillet 1952, par la fenêtre ouverte vous pouvez entendre le chant des insectes. Votre chambre est à l’étage et vos parents sont au rez-de-chaussée. Cela ne fait longtemps que vous vivez ici, à Fremont dans le Nebraska. Vous n’avez pas encore d’amis, sinon dans vos lectures, ces périodiques d’horreur et de science-fiction que vos parents vous achètent par dépit. Sans faire de bruit, vous vous dirigez vers l’étagère sur laquelle sont disposés vos comics et prenez la dernière parution en date, le numéro 13 de la revue Weird Science, puis toujours en silence, vous filez dans votre lit. Là, sous la mince couverture, vous allumez votre lampe torche et commencez à dévorer ces histoires de martiens et de conquêtes spatiales. Lire la suite »

LE LENDEMAIN DE LA MACHINE – Francis G. Rayer – 1951

mercredi, juin 4th, 2014 par Pierre Sachet

de F.G.RAYER

« Le major Mantley Rawson a été blessé lors de la grande guerre atomique de la fin du XXe siècle. Un nouvel anesthésique le laisse dans un état d’animation suspendue dont il ne se réveillera que deux générations plus tard. C’est alors un monde nouveau, totalement différent de celui qu’il connaissait, que va découvrir Mantley Rawson. Un monde dominé par un cerveau électronique gigantesque, la Mens Magna, et où les humains luttent contre des mutants, nés des radiations atomiques. Mais pourquoi, dans ce nouveau monde, le major est-il toujours accueilli par la formule : « Maudit soit le nom de Mantley Rawson »? »

Lire la suite »

%d blogueurs aiment cette page :