Archives du tag ‘Tony Joe White

TONY JOE

mercredi, juin 21st, 2017 par Toorsch

 

Tony JOE

Car elle était belle. Car elle était noire comme une nuit sans lune. Car elle était bien trop longue pour entrer dans son garage. Un soir quelqu’un lui vola son imposante Cadillac Fleetwood de 1959. Si le diable avait besoin d’une voiture, nul doute qu’il choisirait un modèle semblable. D’ailleurs, nous tenons peut-être ici une piste sérieuse. Quoiqu’il en soit, la Cadillac ne réapparut jamais et l’homme demeura inconsolable. Il prit sa guitare électrique reliée à l’amplificateur et se mit à hurler dans la nuit comme un vieux loup-garou sur le retour. « I Want My Fleetwood Back ». De sa voix grave, il répétait cette même phrase à l’infini, tel un mantra. Mais rien de magique ne sortit de ce blues sans fin. Le Léviathan de métal noir avait disparu pour de bon. Et l’homme de s’en retourner vers les marécages de son cœur, se disant que définitivement, les alligators étaient de bien moins vicieux compagnons. Lire la suite »

LA CASSETTE 2 MITCH

samedi, juin 17th, 2017 par Toorsch

2ND TO NONE : THE MITCH BUCHANNON’S 19TH NERVOUS BREAKDOWN

Quel fieffé coquin que ce Mitch ! En fouillant un peu plus profondément dans son slip de bain, nous avons débusqué une autre de ses compilations de qualité. Chacun ses hobbys, ici nous aimons fouiller dans les vêtements du plus beau des sauveteurs que la terre ait porté. Que voulez-vous, nous sommes bien faibles… Mais revenons-en aux faits, cette deuxième mixtape, gardée jusqu’ici bien au chaud (faisant également office de leurre pour la gent féminine), nous révèle une toute autre facette de la personnalité du monsieur. Deux facettes pour être tout à fait exact. La mélancolie d’un été solitaire et une envie d’ailleurs, d’un endroit moins propre, moins faussement paradisiaque. Sans doute son vrai paradis à lui… Lire la suite »

ALLIGATOR BLUES

jeudi, mai 18th, 2017 par Toorsch

Il parait que l’alligator dort dans les bayous.

Il attend son heure.

Il sortira la nuit venue.

Il ira au croisement.

Se transformera.

En vieil homme.

Y rencontrera Robert Johnson.

La musique.

Le Club.

27.

Il parait que l’alligator dort dans les bayous.

Pour l’instant tout est calme.

Mais le vent se lève.

Conjurée.

Conjuré.

Hoodoo !!!

Hoodoo !!!

Hoodoo !!!

Il parait que l’alligator n’est plus dans les bayous.

Il est quelque part en ville.

Transformé en vieil homme.

Il offre des verres.

Il est généreux.

Et puis il prend.

La musique.

Le blues.

Le Club.

27.

Il parait que l’alligator n’est plus dans les bayous.

Une tornade se prépare.

On entend les hurlements du vent.

Conjurée.

Conjuré.

Hoodoo !!!

Hoodoo !!!

Hoodoo !!!

Inspiré par les histoires de Tony Joe White un soir de blues,
Toorsch'

										
				

WILLIE NELSON – God’s Problem Child – 2017

samedi, mai 6th, 2017 par Toorsch

Pour fêter dignement son anniversaire, 84 ans au compteur, l’infatigable Willie Nelson livre un chouette album country, son 61 ème, si l’on ne compte pas les collaborations diverses et nombreuses. Mais si ces chiffres sont impressionnants, ce ne sont que des chiffres. L’essentiel c’est la classe du bonhomme, sa voix, son jeu de guitare, son écriture, son commerce de weed et puis c’est le dernier des Outlaws, après lui, plus rien. Merle, Waylon, Johnny, tous sont partis, il n’y a guère que Kristofferson, en semi-retraite. Lire la suite »

SONGS #2 LE MARCHÉ AUX PUCES

samedi, mars 18th, 2017 par Toorsch

blue-country-jpeg

LE MARCHÉ AUX PUCES ou l’ultime incarnation américaine de Joe Dassin

Il y a dans la longue discographie du plus américain des chanteurs français, un album oublié, un trésor caché. Son dernier, le bien nommé Blue Country. Nous sommes en 1979 et le chanteur de charme las de jouer les chanteurs de charme s’est remit à chanter les chansons qu’il aime réellement, des chansons profondément américaines. Ainsi, piochant dans le répertoire marécageux du conjuré Tony Joe White, l’adaptant en français ou le reprenant tel quel, dans la langue d‘Elvis, Joe Dassin s’offre un retour aux sources de première classe. Exit les bluettes, il est grand temps de faire parler la poudre. Comme dans un western qui prendrait place en Louisiane, la faune qui habite les chansons de Blue Country est au mieux atypique, au pire franchement barge, comme cette salope d’Anna Lee et son Shérif de père. Lire la suite »

MA VIE EN MONO #10: ‘Got The Blues

samedi, novembre 12th, 2016 par Toorsch

got-the-blues-wolf

Je me casse, je me barre, je mets les bouts, je hisse la grand’voile, enfin vous saisissez l’idée. Donald Trump président, Leonard Cohen et Robert Vaughn, le dernier des sept mercenaires, morts. Trop d’un seul coup. Monde de merde. Je vous laisse et pars dans ma discothèque labyrinthique à la recherche d’un refuge, d’un réconfort. Je le trouve dans mes disques de blues, Howlin Wolf, Clifton Chenier, Robert Johnson, le grand Louis Armstrong, mais oui l’Amérique est belle. Il lui faut juste quelques couleurs, mais pas trop d’orange, sinon pour les feuilles mortes à l’automne dans le Montana. Je crois bien qu’on l’a dans l’cul les ami.e.s! Et le Back Door Man n’y est pour rien. Malheureusement.

Mentalement je m’enfonce dans le Bayou, dans un fantasme sauvage guidé par les accords profonds de Tony Joe White. Serpents. Crocodiles. Hoodoo. Si cette nuit vous entendez un lycanthrope hurler sous la (mauvaise) lune, n’ayez crainte, ça ne sera probablement que moi.

Toorsch’

TONY JOE WHITE – Rain Crow – 2016

dimanche, juin 5th, 2016 par Toorsch

tonyjoewhite_raincrow

Un mauvais vent se lève, Tony Joe White sort de ses marécages, un harmonica entre les dents et un alligator en laisse. Après s’être enfermé dans son fief et avoir pratiqué le hoodoo, il vient livrer son dernier né à sa maison de disques. De toute manière, elle n’a pas son mot à dire, elle n’y connait rien en magie noire. Et franchement, je n’aimerais pas être la personne chargée de contrarier le Swamp Fox. C’est un coup à finir avec un crotale enfoncé dans la gorge.

Lire la suite »

%d blogueurs aiment cette page :