Archives du tag ‘Variations sur un même thème

L’Eveil – Variations sur un même thème

mardi, janvier 31st, 2017 par Toorsch

L’eVEil

Variations sur un même thème ou comment le début d’un récit peut bifurquer encore et encore. Que ce soit une longue limousine noire remontant une rue un jour d’automne ou un homme se réveillant seul dans son lit…  Lire la suite »

Publicités

Débuts II – Variations sur un même thème

vendredi, octobre 21st, 2016 par Toorsch

debuts-2

butS II

Et tandis que la longue limousine noire remonte l’avenue, les badauds se figent, laissant l’adrénaline emplir leurs veines avant de se lancer à la poursuite de l’engin. C’est qu’ici, comme ailleurs, on ne laisse pas passer sa chance de devenir quelqu’un. Même pour un petit quart d’heure, après tout on y a tous droit. Alors tant mieux si le vent du nord souffle avec assez de vigueur pour recouvrir leurs pauvres vies d’un épais tapis rouge. Qu’importe s’il faut chanter dans un château ou forcer l’accent sur une île grecque, ils se rêvent déjà assis à la droite du Producteur, à lui sucer les doigts. Alors ils s’avilissent du mieux qu’ils peuvent devant les vitres fumées qui bien souvent ne se baissent pas. Un matin de novembre banal dans une ville banale, habitée par des gens qui ne veulent plus l’être. Le genre de lieu où l’on fait tout pour être reconnu, alors quand la longue limousine noire remonte l’avenue… + Lire la suite »

Débuts – Variations sur un même thème

mercredi, octobre 19th, 2016 par Toorsch

debuts-cad

butS

Et tandis que la longue limousine noire remonte l’avenue, les badauds se figent, le regard incrédule. Le vent du nord souffle avec plus de vigueur, arrachant aux arbres les dernières feuilles récalcitrantes, elles s’en iront rejoindre les autres, multitude multicolore tombés sur le macadam. Une fois le véhicule disparu dans l’horizon, les gens se remettent en marche, raccrochant les wagons, reprenant le fil de leurs vies anonymes. Un homme resserre un peu son écharpe, c’est qu’il fait froid très tôt cette année. Une femme tente avec difficulté de maîtriser son jeune labrador en laisse, excité par les passages successifs d’un garçon en vélo et d’une fille en skateboard. Un matin de novembre banal, dans une ville de banlieue banale habitée par des gens banals. Le genre de lieu où il ne se passe jamais rien de signifiant, alors quand une longue limousine noire remonte l’avenue… Lire la suite »

%d blogueurs aiment cette page :