Archives du tag ‘Waylon Jennings

WAYLON JENNINGS – This Time – 1974

samedi, février 3rd, 2018 par Toorsch

L’outlaw country des 70’s c’était vraiment bien. Quand tu te poses avec une bonne bière et un burger, dès que le soleil perce un peu, pour chiller dans ta caisse ou t’affaler dans le canapé toutes fenêtres ouvertes. Bordel il n’y a pas mieux. Une ode à la paresse ce truc. This Time est un peu la quintessence du genre, produit par Waylon et Willie Nelson (qui assure aussi des parties de guitares), ce qui nous fait la moitié des Highwaymen… s’il fallait compter.

Autant le dire d’entrée, tout sur ce disque est grandiose, les chansons, l’interprétation, la prise de son, rien ne vient ternir le tableau. Enregistré à Nashville, il transpire le sud dans le son, chaud comme un jour de juillet. This Time est de ces oeuvres qui donnent l’envie de prendre la macadam juste pour tailler la zone. Loin. Vers la Louisiane peut-être en écoutant « Louisiana Women » emprunté à JJ Cale.

On ne peut que conseiller cet album du mitan des 70’s à ceux qui n’aiment pas ce genre musical très américain. Car on est loin de la « musique de bouseux », loin aussi des bande-son des grands raouts pour cowboys du dimanche dont nos cousins teutons raffolent.

This Time c’est la grande classe.

Lien Deezer

Toorsch’

Publicités

DO YOU REMEMBER SUMMERTIME RADIO? #4

dimanche, juillet 10th, 2016 par Toorsch

summertime 4

HAVE YOU MET CHUCK MAUWICE, THE LONE RANGER?

Certains disent de lui qu’il s’appelle Maurice, d’autres qu’il n’est qu’une légende de plus, une chimère ou encore un cow-boy de l’espace. Rien qu’une ombre, un son, un cri, un coup de feu. La balle du revolver. Il est d’ailleurs, du Texas dirons nous. Du Texas bordel! Avez-vous rencontré Chuck Mauwice? Il paraît que pour cela, il faut se rendre au croisement (mais lequel?) les nuits de pleine lune. Comme un diable, alors, il sort de sa boite. En l’occurrence un pick-up Ford F-150 Raptor, l’un de ses monstres mécaniques typiquement ricains. C’est un outlaw, c’est un freak, non c’est Chuck Mauwice! Lire la suite »

MA VIE EN MONO #5: The Baddest Cowboy In Town

jeudi, avril 21st, 2016 par Toorsch

willieNelson-21

Willie Neslon est putain de badass. Un vrai hors-la-loi, un monument de la musique américaine. Willie Nelson a 82 ans, mais il continue de publier des disques de manière frénétique et tourne toujours. On The Road Again. Il y a fort longtemps, au début des glorieuses 70’s, il a participé, avec Waylon Jennings, à la création du mouvement « outlaw », une branche dissidente de la country music ne répondant pas aux canons réac’ et lisses de la vieille garde Nashvillienne. Ça en dit long sur le mec. D’ailleurs si sa musique est authentiquement country, elle s’affranchit totalement des codes du genre, flirtant avec le blues, le jazz, la pop et même le reggae. Car Willie est aussi un grand fumeur de weed. Une passion qu’il partage avec son pote Snoop Dogg, avec lequel il a fait deux ou trois choses bien sympas (« Superman », « Roll Me Up »). Toujours à propos de ganja, Willie a révélé dans ses mémoires avoir eu l’insigne honneur de pouvoir fumer son joint sur les toits de la Maison blanche. Badass je vous dis, le mec est invité à dîner par Jimmy Carter et il sort son spliff comme ça, à la cool! Et puis, enfin, il a fait partie des Highwaymen, un groupe de potes vachement super, un supergroupe quoi, qui comptait dans ses rangs, en plus du fidèle Waylon Jennings, Kris Kristofferson et Johnny Cash. Soit le quatuor le plus intimidant de l’histoire de la musique ricaine.

« Roll Me Up And Smoke Me When I’m Die »

Mais voilà, je m’inquiète un peu pour Willie, il faut bien dire ce qui est, en ce moment dans mon paysage musical c’est l’hécatombe. Et ce n’est pas facile à supporter. Petit à petit le ciel s’assombrit, et s’il ne fait pas encore totalement noir, ça ne devrait pas tarder. Pas plus tard que maintenant, Prince vient de tomber… Alors accroche-toi Willie, fume autant d’herbe que tu veux, mais accroche-toi, car chaque fois que l’on enlève un poster du mur, on en voit les fissures, les moisissures et les plâtres qui s’effritent. Et puis va savoir, c’est peut-être toi l’immortel du rock, nous avons longtemps cru que c’était Lemmy, mais non. Bowie? Pas mieux. Un bluesman peut-être? Faut croire que non, BB King est mort aussi.

Longue vie à Willie Nelson, l’un des derniers gardiens du temple des hors-la-loi.

Toorsch’

La Reprise dominicale #23

dimanche, février 28th, 2016 par Toorsch

shooter

SHOOTER JENNINGS – Walk Of Life – 2007

Le simple fait de prononcer le nom de Dire Straits suffit à faire fuir et hurler les critiques rock du monde entier. Et pourtant ces Voldemorts rockandrolliens ont publié une palanquée de titres forts, depuis longtemps passés à la postérité aux oreilles du grand public. Alors certes, on pourra facilement contre-argumenter en disant que ce n’est pas forcément un gage de qualité, mais ça ne m’empêchera pas de penser que la Kabbale négative menée contre le groupe de Mark Knopfler par l’intelligentsia rock est discutable.

Shooter Jennings est le fils de Waylon Jennings, chanteur country et compagnon de débauche d’un certain Johnny Cash, également membre émérite des Highwaymen. La bouteille de Jack n’est pas tombée bien loin du bar, puisque le fiston est lui aussi chanteur, country bien entendu. Outlaw de père en fils. Et cela nous amène en 2007, album The Wolf, Shooter y reprend « Walk Of Life », le tube rétro de Dire Straits initialement paru en 1985. De cet hymne des stades, hommage au bon vieux temps du Rock ‘n’ Roll bardé de synthétiseurs, Jennings fera une diablerie country outlaw des plus redoutables. Nashville punk envoyé tous Colts dehors, cette relecture malade fait ressortir l’aspect Good Ol’ Time que l’originale ne faisait qu’esquisser, la faute à une production trop 80’s. Troquant les claviers clinquants contre un fiddle bien rusty, la meute est prête pour son grand voyage au pays des pionniers, et tant pis s’il faut franchir le Styx pour ça!

Lien Deezer

Toorsch’

%d blogueurs aiment cette page :